DR Congo

Evaluation de l’impact des inondations de décembre 2011, Bas Congo - Territoires de Kasangulu, Madimba et Mbanza Ngungu

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé

La sécurité alimentaire de 5 417 ménages agricoles habitant les villages des territoires de Madimba, Kasangulu dans le district de la Lukaya et Mbanza Ngungu dans le district des Cataractes en province de Bas-Congo a été affectée par les inondations provoquées sur le fleuve Congo, les rivières Inkisi, Mvuazi, Nkolo et Kwilu par les pluies diluviennes du 06 au 16 décembre 2011, aussi bien dans ses aspects de disponibilité que d'accès à la nourriture.

Disponibilité de la nourriture: les inondations ont occasionné la destruction des récoltes estimées à 16,6 tonnes produits maraichers et 31 124,9 tonnes de produits vivriers sur récolte fraîche équivalent à 143.56 tonnes de produits vivriers secs lesquels estimés en valeur monétaire à environ 7 millions de dollars. Ces pertes qui vont occasionner une carence en semences vivrières et maraîchères et en boutures de manioc risquent d'avoir un impact négatif sur les saisons agricoles B et C prochaines. Cependant les marchés ont la capacité de se reconstituer rapidement étant donné qu’ils sont intégrés avec ceux des zones environnantes notamment de Matadi et Kinshasa.

Accès à la nourriture: La perte des récoltes qui sont leurs principales sources de nourriture et de revenus ainsi que la perte des articles ménagers et pour certains du logement réduira dans l’immédiat leur accès à la nourriture.

Stratégies de survie: les ménages ont récolté précocement du manioc et certains produits agricoles qui ont été vendus à des prix dérisoires et dans les cas extrêmes, la vente à crédit de ces produits à des acheteurs de Kinshasa sans aucune garantie de paiement ni délai pour le versement du revenu de la vente.

Recommandations:

  • En urgence, une assistance alimentaire d'urgence d’une durée de 1 mois pour 541 ménages maraîchers et d’une durée de 2 mois pour 4900 ménages impliqués dans la production vivrière, pendant que les ménages vont se préparer à relancer leurs activités agricoles à partir du mois de février conformément au calendrier agricole de la contrée.

  • Des intrants agricoles (outils aratoires, semences vivrières et maraîchères) pour reconstituer le stock de 5417 ménages sinistrés au cours des prochaines saisons B et C sont nécessaires.

  • Du point de vue des infrastructures, le curage de la rivière Inkisi est nécessaire ainsi que la stabilisation des accotements. De même, la réhabilitation des bassins de rétention d’eau et la réouverture des canalisations principales et secondaires de plus de 7 km de long et de 2,5m de large et 1,5 m de profondeur pour la principale permettront de résoudre la crise de manière durable. Les premières dépenses estimées pour un tel travail mécanisé sont d’environ 4 millions de dollars US. Ensuite l’enherbement des digues et l’entretien régulier desdits ouvrages sera nécessaire.