DR Congo

DR Congo : Un nouveau programme DDR du PNUD pour les combattants d'Ituri

Source
Posted
Originally published
Eoin Young / MONUC

Le Représentant spécial adjoint de l'ONU en RD Congo, en même temps Coordinateur Résident de PNUD, Ross Mountain, et le Ministre de la Défense et des anciens combattants, Chikez Diemu, ont signé, ce vendredi 1er juin 2007, un mémorandum d'accord sur un programme pilote de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR) de trois groupes armés encore actifs en Ituri.

Ce projet, exécuté par le PNUD, est financé à hauteur de trois millions de dollars américain par le Japon, l'Irlande, la Norvège, la Suède, les Etats-Unis et par des fonds propres du PNUD.

Les démobilisés seront accueillis dans des centres de transit qui resteront ouverts pendant 60 jours au maximum après l'annonce officielle du lancement de cette troisième phase de désarmement. Afin de bénéficier de ce nouveau programme, chaque groupe armé doit soumettre une liste exhaustive de ses combattants sept jours avant l'ouverture des sites de transit.

Quand la liste sera validée par les autorités nationales, les combattants dûment inscrits pourront alors se présenter aux points de désarmement gérés par la MONUC et la Structure Militaire d'Intégration. Une fois désarmés, ils peuvent alors seulement se présenter au site de transit avec leur certificat de désarmement. A la fin de leur séjour, leur enregistrement est opéré au moyen d'appareils biométriques qui rendent les documents d'identité infalsifiables.

Au cours de leur séjour de cinq jours dans les sites de transit, les ex-combattants reçoivent un kit de bienvenue comprenant un nécessaire de toilette et de vaisselle ainsi qu'une séance d'information sur la possibilité qui leur est offerte d'intégrer les Forces Armées de la RDC ou de rejoindre la vie civile.

Selon les expériences passées, le PNUD s'attend à ce que plus des deux tiers choisissent cette deuxième option. Pour ceux qui optent pour cette voie, ils reçoivent alors une allocation de retour (couvrant les frais de transport et d'installation) d'un montant de 110 $. Dès leur sortie du site de transit, ils seront directement affectés à des travaux à haute intensité de main d'œuvre (HIMO) - principalement la réhabilitation d'axes routiers - et ce, pour une période de trois mois.

Contrairement aux précédentes phases du DDR, le filet de sécurité de 25 dollars par mois pendant une période de 12 mois est abandonné au profit de ces travaux HIMO, rémunérés à hauteur de deux dollars par jour.

«En effet, après cette période de trois mois, les démobilisés se verront offrir différentes possibilités de réinsertion comme, par exemple, l'apprentissage d'un métier ou l'aide au démarrage d'une activité génératrice de revenus. Après une période d'accompagnement de douze mois, ils seront devenus autonomes et leur réinsertion durable sera devenu une réalité», a expliqué Fernando Larrauri, chef unité post conflit PNUD en RDC.

Lors de la signature de l'accord, Ross Mountain, a déclaré que le programme a pour but de profiter non seulement à l'ex combattants mais aussi à toute la population.

«Cet accord permettra d'avoir un impact significatif sur la stabilisation de l'Ituri, de relancer l'économie locale par la libre circulation des biens et des personnes et de renforcer l'aide humanitaire aux populations les plus vulnérables», a déclaré Ross Mountain.

«Le gouvernement de la RDC a montré son intention d'avoir un stable processus de réinsertion en Ituri en raison des 160 incidents ayant impliqué ces combattant les premier quatre mois de l'année 2007. On espère que ce programme établi une nouvelle étape pour la sécurité et la prospérité en Ituri», a-t-il ajouté.

Le représentant du Ministre de la Défense, Chikez Diemu, a pour sa part remercié les bailleurs de fonds de ce projet et a déclaré que ce programme marque le début de la fin du processus de DDR en RDC.

«On espère que le programme de réinsertion collective aura un effet à long terme sur la stabilité et la paix en RDC. Il va falloir évaluer ce programme qui est une nouvelle dynamique et ouvre un dialogue et consolide la paix en Ituri», a-t-il ajouté.

Afin de permettre au Gouvernement de parachever le processus de pacification en Ituri, la Commission conjointe sur la Réforme du Secteur Sécuritaire, dans sa réunion du 15 novembre 2006, avait recommandé le désarmement, la démobilisation et la réinsertion immédiate de trois groupes armés.

Un accord de paix a été signé dans ce sens le 29 novembre 2006 entre le gouvernement et deux de ces groupes armés, à savoir les Forces de Résistance Patriotique en Ituri (FRPI) commandé par Cobra Matata et le Mouvement Révolutionnaire Congolais (MRC) commandé par Mathieu Ngudjolo. Un accord séparé est intervienu, le 14 décembre 2006, avec le Front Nationaliste et Intégrationniste (FNI) dirigé par Peter Karim.