DR Congo

DR Congo : Bilan & Impact Des Manifestations « Ville Morte » Sur les Enfants/Adolescents GTPE – Nord Kivu– (5 mai 2021)

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Contexte

Le début du mois d’avril a été marqué par de violentes manifestations qui ont éclaté dans les différents territoires du Nord Kivu ; principalement dans les territoires de Beni et Nyiragongo (autour et dans la ville de Goma) Qualifiées de « villes mortes », ces manifestations sont liées à des revendications politiques et socio-economiques et sont alimentées par un ressenti à l’encontre de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) et contre la communauté humanitaire. Au cours des derniers mois, l’augmentation des affrontements armés au Nord Kivu a par ailleurs fortement contribué à une dégradation de la situation humanitaire et sécuritaire et une détérioration de la protection des civils en particulier des femmes et des enfants.

Les manifestations ont débuté le jeudi 1er Avril 2021, et se sont accentués à partir du Lundi 5 Avril. A ce jour, la situation sécuritaire en ville de Goma est revenue à la normale, cependant la situation reste instable dans ville de Beni et ses alentours.

Impact sur la Protection de l’Enfant

Les acteurs de protection de l’enfance ont noté la présence de nombreux enfants et adolescents qui auraient été systématiquement associés dans ces marches et manifestations. Du fait des débordements; les enfants ont été exposés à des risques importants de violences ou d’arrestations en violation des dispositions de la Constitution Nationale, de la Loi Portant Protection de l’Enfant mais aussi de la Convention de Internationale des Droits de l’Enfant.

Une centaine d’enfants de 5 à 17 ans écoliers sont aussi actuellement en « sit in » (manifestation non-violente consistant à s'asseoir en groupes dans un espace publique) dans la cour de la Mairie de Beni.

Dans le cadre de ces manifestations et du « sit-in », il semblerait que les enfants soient utilisés par des groupes de pression/groupes politiques qui n’ont pas été encore clairement identifiés.