DR Congo

Djugu : une base temporaire de la MONUSCO à Drodro pour favoriser le retour des déplacés

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

JEAN-TOBIE OKALA

La MONUSCO a installé le 7 janvier 2022 une base militaire temporaire à Drodro, à environ 110 km de Bunia, dans le territoire de Djugu, en Ituri.

Cette base devrait favoriser le retour en toute sécurité des dizaines de milliers de personnes déplacées qui avaient fui les attaques de miliciens dans cette localité il y a quelques semaines.

Plusieurs de ces déplacés avaient alors eu la vie sauve en se réfugiant à la base militaire de la Mission onusienne située à Roe, à une quinzaine de km de là.

Selon le porte-parole parole de la MONUSCO, Mathias Gillmann, le site des déplacés de Roe comptait déjà plus de 70 000 déplacés.

« Et donc, il était important de voir comment on pouvait permettre à une partie de ces déplacés, de retourner à Drodro, de retourner dans leurs villages ou aux alentours », a-t-il expliqué.

Cette base temporaire devrait permettre de sécuriser à la fois le retour des déplacés et le travail des humanitaires qui continuent à apporter l’aide nécessaire aux déplacés, a précisé M. Gillmann.

La MONUSCO invite les leaders des communautés déplacées à Roe et Drodro à collaborer pleinement avec les forces de sécurité pour rendre efficace le système d’alerte en cas d’attaques contre ces personnes vulnérables.

Les interventions humanitaires saluées

De son côté, la société civile de Djugu salue les interventions des humanitaires en général et de la MONUSCO en particulier en faveur des dizaines de milliers de personnes déplacées hébergées dans les sites de Roe et Drodro.

Selon cette structure, les déplacés ont bénéficié de plusieurs assistances en vivres et non-vivre, ainsi que de soins médicaux fournis par des ONGs et agences des Nations Unies depuis ces trois dernières semaines.

Pour Charité Banza, président de la Société civile, ces appuis redonnent espoir à ces personnes vulnérables, vivant dans des conditions précaires après avoir fui les attaques des miliciens dans leurs villages.

Il ajoute que grâce aux casques bleus de la MONUSCO, qui ont renforcé leur présence dans la région, ces déplacées se sentent en sécurité. Certains commencent même à retourner dans leurs milieux d’origine pour s’occuper de leurs champs.

« La MONUSCO a accédé à notre demande et s’est très bien s’implantée dans des milieux tels que Roe, Drodro, Djangi… où elle favorise le retour des déplacés en toute sécurité. Certains retournés commencent même à aller déjà dans leurs champs pendant la journée pour y aller chercher de quoi manger. Chose impensable il y a quelques semaines seulement », a déclaré Charité Banza.

Signalons que les interventions des casques bleus de la MONUSCO ont permis de mettre en déroute les assaillants en novembre et décembre 2021 dans le territoire de Djugu, principalement à Roe et Drodro.

Elles ont permis de sauver ainsi la vie à des milliers de personnes qui avaient alors trouvé refuge aux alentours de la base militaire de la MONUSCO à Roe.