DR Congo

Diffuser la paix - Perspectives et enseignements des artisans de la paix dans l’Est de la RDC

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé exécutif

La République démocratique du Congo (RDC) est marquée par le conflit, la violence, l’instabilité politique et les atrocités. Les populations civiles continuent d’être victimes de crimes substantiels, généralisés et systématiques, avec des répercussions considérables. En dépit d’un changement de gouvernement en décembre 2018, la violence augmente dans les provinces de l’Est, encouragées par le manque de légitimité du gouvernement, une faible autorité de l’État, un accès limité aux mécanismes judiciaires formels et les tensions transfrontalières.
Aujourd’hui, dans pense que plus de 100 groupes armés opèrent d ans l’Est de la RDC. Ils se disputent le contrôle des territoires et pillent les riches ressources naturelles du pays pour financer leurs activités et terroriser les populations civiles.

En dépit d’importantes offensives militaires menées par les forces armées congolaises avec l’assistance de la Mission de stabilisation de l’Organisation des Nations Unies en RDC (MONUSCO), les provinces de l’Est du Congo continuent d’être le théâtre de long conflits et de violences intercommunautaires, qui sapent les efforts de maîtrise de l’épidémie dévastatrice de maladie à virus Ebola. Des foules furieuses ont attaqué la mission, l’accusant d’échouer dans son devoir de protection des populations civiles, mais compte tenu de la situation précaire, la mission a été prolongée pour une année, et s’est dotée d’un plan de retrait. Les populations civiles sont victimes de massacres, d’enlèvements et de déplacements massifs. Les violences basées sur le sexe et le genre continuent d’être utilisées comme une arme de guerre. De nombreux enfants sont devenus orphelins et ne peuvent pas poursuivre leur scolarité. Le tissu social des communautés est détruit.

Le climat de méfiance mène fréquemment à la mise en place de groupes de protection locaux pour venger les populations, ce qui exacerbe l’instabilité. Les conflits localisés ont le potentiel de s’étendre et de prendre des dimensions ethniques. Ils sont manipulés par les leaders politiques. De plus, en l’absence de débouchés socioéconomiques et de services publics, un grand nombre de personnes est incapable de sortir du cycle du conflit.

En réponse à cela, les artisans de la paix locaux jouent un rôle actif pour empêcher les atrocités à l’aide d’un mélange d’approches basées sur la prévention, la réaction et le redressement. Leur engagement contribue à empêcher l’escalade de la violence. Ils effectuent aussi un travail à plus long terme visant à éliminer les causes de la violence et à combler les lacunes dans l’action du gouvernement. Ce travail fait rarement la une des journaux, et pourtant il est essentiel pour sauver des vies. Le potentiel des artisans de la paix vis-à-vis de la mise en place d’une paix durable dans la région est considérable.

Ce rapport présente les constats d’un atelier Peace Exchange tenu à Goma pour analyser le conflit, animé par des spécialistes et rassemblant 26 représentants d’organisations de consolidation de la paix locaux dans l’ensemble de l’Est de la RDC. Il visait à parler des moteurs des atrocités, des défis et des actions efficaces pouvant être mises en œuvre pour empêcher les atrocités dans la région. Il se base également sur les résultats d’une étude qualitative distribuée par les organisations participantes aux réseaux locaux de consolidation de la paix dans l’Est de la RDC, et sur des interviews approfondies réalisées avec des participants de Peace Exchange.