DR Congo

Des équipements médicaux à Rutshuru, un territoire qui se relève de la guerre

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

C’est en compagnie du médecin inspecteur provincial et d’un représentant du ministère de la santé que je me suis rendu à Rutshuru, à environ 80 kilomètres au nord de Goma, la capitale du Nord Kivu, pour voir comment le matériel destiné à équiper l’hôpital de référence ainsi que cinq centres de santé de la Zone de santé de Rutshuru était utilisé.

Ce lot fait partie d’un ensemble d’équipements destinés à 24 zones de santé, dont 24 hôpitaux généraux de référence et 120 centres de santé, dans les provinces du Nord et du Sud Kivu, du Maniema et de la Province Orientale.

Ces équipements sont financés sur fonds propres du gouvernement de la République Démocratique du Congo dans le cadre du projet d’équipement des structures sanitaires (PESS) et avaient été remis officiellement aux structures de santé de l’Est de la RDC par le Premier Ministre, Augustin Matata Ponyo, le 25 mars 2014 à Goma.

Chaque lot est notamment composé d’un électrocardiographe, d’une table d’opération universelle, d’une centrifugeuse, d’un échographe, de 50 lits d’hospitalisation avec matelas, d’une table gynécologique, d’un microscope, d’un réfrigérateur solaire, d’un équipement de radiographie avec accessoires, d’une table d’examen général, d’une table d’examen gynécologique et d’un groupe électrogène.

Un territoire qui se relève de la guerre

Sur le chemin qui nous mène à Rutshuru, je constate un regain de vie, une reprise économique considérable sûrement due à la stabilité grandissante dans la zone. Jusqu’en octobre 2013, Rutshuru était sous le joug du groupe armé M23, qui s’y était installé au courant du mois de mai 2012.

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont poussé le gouvernement à déployer l’équipement médical dans cette zone en priorité, afin de soulager au plus vite la souffrance des populations. Aujourd’hui, l’axe principal connaît un va-et-vient incessant de camions chargés de marchandises diverses et de bus de transport bondés. Les déplacés retournent à leur lieu d’origine, de nouvelles maisons sont construites, d’autres sont réhabilitées, un essor économique y renait, une lueur d’espoir point à l’horizon.

A notre arrivée à Rutshuru, nous nous sommes entretenus avec le médecin chef de zone qui nous a fait l’état des lieux.

Dans l’ensemble, l’équipement médical a été livré aux structures de santé, installé, et commence à être utilisé. Dans l’hôpital de référence de Rutshuru par exemple, les nouveaux lits font déjà partie du décor quotidien de la maternité, occupés par des femmes qui viennent à peine d’accoucher. Elles se familiarisent encore à ce nouveau confort, mais elles semblent s’en accommoder avec bonheur. D’ailleurs, la presse et les enfants reporters qui m’accompagnaient leur ont aussi parlé et ont relevé leur satisfaction.

Un partenariat gagnant-gagnant

Sur le chemin du retour, nous avons visité deux Centres de santé en construction qui, une fois terminés, seront eux aussi équipés par le projet PESS.

Cette collaboration UNICEF-Gouvernement de la RDC pour l’équipement des structures de santé a de beaux jours devant elle. Les efforts consentis par le gouvernement pour acquérir ce matériel et la confiance témoignée à l’UNICEF pour l’achat et l’acheminement du matériel jusqu’à destination, ainsi que la gestion et le monitorage de son utilisation feront, sans nul doute, la grande satisfaction des populations.

D’ailleurs, dans le cadre de l’éducation également, le Gouvernement et l’UNICEF se sont engagés de la même manière pour construire 22 écoles en Ituri.

Les moyens déployés par le Gouvernement de la RDC sont une contribution significative à la « promesse renouvelée » pour l’avancement du pays vers les OMD 4 et 5, qui visent à sauver 430.000 vies d’enfants de 0 à 5 ans et 7.900 vies de mères d’ici fin 2015.

Cela témoigne des efforts consentis en faveur de la santé de la mère et de l’enfant dans le cadre de l’approche « Naître, grandir, progresser ».