Des progrès dans la lutte contre l’impunité en matière de violences sexuelles grâce au STAREC

Kisangani, 13 mars 2013 – Lors d’une audience foraine organisée du 18 au 23 février 2013 au centre de détention d’Osio situé à 18 km au Sud de Kisangani en province Orientale, près d’une dizaine de jugements ont été prononcés par la cour militaire de la province. L’audience foraine était financée par le Plan de Stabilisation et de Reconstruction pour les Zones sortant d'un Conflit armé (STAREC) du volet Lutte contre l’Impunité des Violences sexuelles.

Sous la houlette du premier président de la Cour militaire de la province Orientale, le magistrat Kalala Kapuku, quatre militaires poursuivis pour viol et autres abus sexuels ont écopé de peines allant de 10 à 20 ans de servitude pénale, et condamné à payer de fortes amendes, y compris les frais d’instance qui ont été également mis à leur charge. D’autres peines infligées auxdits prévenus ont été la dégradation et la radiation des rangs des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). La cour a, pour la plupart des cas, confirmé le jugement du premier juge et corrigé certaines dispositions selon la loi.

Les victimes, quant à elles, sont pour la plupart des jeunes filles de moins de 18 ans. Parmi elles se trouvait une femme répudiée par son mari après avoir été violée par un militaire. Les victimes étaient toutes représentées par leurs avocats, issus de la clinique juridique de Kisangani.

La tenue de cette chambre foraine a donc permis de fixer sur leur sort ces prévenus qui attendaient depuis plus de cinq ans.

Hormis les prévenus pour les violences sexuelles, la Cour militaire a également examiné d’autres cas de prévention en appel dont certains étaient poursuivis pour meurtre, violation de consignes, vol à main armée, ou désertion.

Grâce au financement du STAREC dans la lutte contre l’impunité, la Cour militaire, en collaboration avec la MONUSCO, compte organiser d’autres chambres foraines à Dungu, Isiro et Bunia, dans la province Orientale

Dorcas Kanku/ MONUSCO