Des milliers de personnes continuent à fuir les violences à Kitchanga, au Nord Kivu

Report
from Médecins Sans Frontières
Published on 08 Mar 2013 View Original

Après les violents affrontements de la semaine dernière à Kitchanga, au nord de la République démocratique du Congo, les combats et les incendies volontaires continuent. Les déplacés sont principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées qui prennent avec eux leurs maigres affaires et leur bétail. Certains n’ont nulle part où aller et sont dans l’incapacité de fuir la ville. Ils cherchent alors refuge dans des camps de fortune à Kitchanga.

La situation dans la région est extrêmement changeante et désespérée, alors que les tensions entre les communautés s’aggravent avec de plus en plus de fusillades cette semaine à Kitchanga, nous rapporte Hugues Robert, chef de mission pour Médecins Sans Frontières dans la province du Nord Kivu.

Au cours d’une seconde vague d’attaques lundi dernier, plusieurs maisons au centre de la ville ont été ravagées par les flammes. D’autres maisons et divers bâtiments ont été détruits, y compris la base MSF. Des bombardements ont également frappé l’hôpital de Saint-Benoît la semaine dernière, tuant deux personnes et en blessant huit autres.

A l’intérieur de la ville, des camps supplémentaires pour les personnes déplacées ont été mis en place. Des milliers de personnes déplacées n’ont toujours pas d’abri et de nourriture et sont exposées au froid, principalement la nuit.

Durant la saison des pluies, il y a un risque élevé d’apparition de diverses maladies, comme le choléra et la pneumonie, s’inquiète Corry Kik, coordinatrice médicale de MSF.

Les personnels nationaux congolais de MSF travaillent nuit et jour à l’hôpital pour soutenir leurs collègues du ministère de la Santé. Jusqu’à présent, on dénombre plus de 140 blessés et au moins 85 décès parmi les civils. 65 blessés sont pris en charge au centre médical de Kitchanga, alors que 55 patients parmi les plus gravement touchés ont été transférés par hélicoptère à Goma, après avoir été stabilisés à Kitchanga, ou par la route à l’hôpital de Mweso, où une équipe chirurgicale de MSF est présente. MSF est la seule organisation humanitaire médicale qui travaille actuellement dans la cité de 150 000 habitants et la zone de Kitchanga.

MSF augmente actuellement sa réponse à l’urgence et la quantité de personnel présent sur place. La semaine dernière, un chirurgien, un anesthésiste, un infirmier et un logisticien ont été envoyés en hélicoptère à Kitchanga. Cette semaine, deux docteurs et dix infirmiers ont rejoint l’équipe médicale sur le terrain.

Afin que MSF puisse continuer son travail médical, l’organisation demande à toutes les parties de respecter la neutralité des centres médicaux, des équipes et des biens et d’assurer le libre passage pour le transport des patients blessés.

MSF procure des soins de santé primaire et secondaire dans la province du Nord Kivu. L’organisation travaille à la fois au sein de centres de santé et dans des cliniques mobiles. Elle supporte les hôpitaux de référence à Mweso, Pinga, Masisi, Rutshuru et Kitchanga. MSF gère également des centres de traitement du choléra dans et autour la ville de Goma. Les équipes d’urgence évaluent régulièrement la situation et répondent aux besoins dans d’autres zones du Nord Kivu.