DR Congo

De l’eau pour protéger les populations contre Ebola

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
© UNICEF RDC Nybo

posted on 29 OCTOBER 2018 by YVES WILLEMOT

« On a toujours une certaine crainte d’être infecté », confie Célestin Luntala, chargé d’Eau, Hygiène et Assainissement déployé à Beni, un des épicentres de l’épidémie d’Ebola qui frappe actuellement l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Il y a quelques mois déjà, Célestin avait été activement impliqué dans la riposte contre la maladie à virus Ebola en Province de l’Equateur, à l’ouest du pays. Lutter contre Ebola n’est pas nouveau mais Célestin continue d’appréhender la maladie. « On ne s’habitue jamais à lutter contre Ebola », explique Célestin, toujours vigilant pour éviter tout risque de contamination.

En arrivant à Beni au mois d’août, Célestin a découvert que très peu de personnes savaient qu’un lavage régulier des mains permettait de prévenir les maladies et les infections. « Il s’agit pourtant d’un geste simple », poursuit Célestin qui a travaillé sans relâche pour s’assurer que la population de Beni connaisse les bonnes pratiques d’hygiène et ait accès à une eau de qualité pour éviter la propagation de la maladie.

« Là où il y a du monde, il y a du travail », explique Célestin. Dès les premiers jours de l’épidémie, l’UNICEF a équipé les écoles, les marchés, les parkings, les centres de santé et les églises d’unités de lavage des mains. « Lorsque nous avons commencé à travailler, certaines personnes affirmaient que la maladie n’existait pas », se rappelle Célestin. Il a alors été nécessaire de leur expliquer ce qu’est la maladie, comment elle est transmise et quels sont les premiers symptômes. Célestin commence à voir les résultats de son travail sur le terrain : les gens utilisent les unités de lavage des mains et savent qu’il s’agit du meilleur moyen pour prévenir la maladie à virus Ebola.

Depuis le début de l’épidémie d’Ebola, l’UNICEF a installé près de 1.000 unités de lavage de main à travers les sites publics et les écoles de la ville de Beni. Chaque matin, Célestin s’assure que toutes les unités disposent en d’eau chlorée et soient réapprovisionnées à temps. Pour cela, un camion-citerne approvisionne chaque matin les réservoirs d’eau de la ville et, une fois enrichie de chlore, l’eau est prête à être distribuée à chaque point de lavage de mains.

La population de Beni est consciente du danger que représente Ebola mais connaît maintenant les gestes de prévention. « Des personnes qui ne croyaient pas en l’existence de la maladie participent aujourd’hui aux sensibilisations », explique fièrement Célestin.

Lire aussi :