DR Congo

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la situation dans la région des Grands Lacs

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

SC/13287
10 AVRIL 2018

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, M. Gustavo Meza-Cuadra (Pérou):

Les membres du Conseil de sécurité se sont réunis le 10 avril 2018 pour examiner la situation dans la région des Grands Lacs, cinq ans après la signature de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région. Ils ont entendu un exposé de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Said Djinnit, et du Représentant permanent de la République du Congo, en sa qualité de Président du Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre, l’Ambassadeur Raymond Serge Bale.

Les membres du Conseil ont réaffirmé que l’Accord-cadre restait un mécanisme essentiel pour instaurer une paix et une stabilité durables en République démocratique du Congo et dans la région. Ils se sont félicités de l’engagement renouvelé de ses signataires d’assurer sa mise en œuvre intégrale et ont demandé de nouveau à tous les signataires d’honorer rapidement, intégralement et en toute bonne foi les engagements qu’ils avaient pris dans l’Accord-cadre en vue de remédier aux causes profondes du conflit, de mettre fin aux cycles récurrents de violence et de promouvoir un développement régional durable. Ils ont réaffirmé leur soutien à l’Envoyé spécial du Secrétaire général et appelé à approfondir le dialogue en vue de régler les problèmes qui entravaient encore la mise en œuvre de l’Accord-cadre et de promouvoir la paix et la stabilité dans la région.

Les membres du Conseil ont salué les efforts déployés par l’Union africaine, ainsi que les organisations sous-régionales, en particulier la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, la Communauté d’Afrique de l’Est, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et la Communauté de développement de l’Afrique australe, en vue de soutenir les processus politiques et de trouver des solutions pacifiques aux situations de conflit dans la région. Ils ont souligné que ces organisations devaient continuer d’agir en étroite coordination afin d’être plus efficaces. Ils se sont félicités de la remise en activité, sous les auspices de l’Angola, suivi par le Congo, du mécanisme de suivi de l’Accord-cadre, signe du renouvellement de l’engagement des pays de la région des Grands Lacs, et ont encouragé ces pays à intensifier fortement leur dialogue.

Les membres du Conseil ont exhorté la région et la communauté internationale à continuer d’appuyer les initiatives visant à promouvoir un dialogue sans exclusive entre les parties prenantes nationales, et ont insisté sur la nécessité d’ouvrir l’espace politique pour permettre aux partis politiques, à la société civile et aux médias d’y participer pleinement et librement et aux hommes et aux femmes de participer véritablement au processus politique. Ils ont souligné qu’il fallait promouvoir davantage la participation des femmes aux processus politique et de dialogue. Ils ont en outre engagé instamment la région et la communauté internationale à appuyer et améliorer le renforcement des capacités en matière d’élections et de gouvernance des pays de la région et ont enjoint aux États membres de la région des Grands Lacs de prendre des mesures pour garantir que les scrutins électoraux favorisent la paix et la sécurité, en faisant en sorte que les élections aient lieu en temps voulu et se déroulent de façon pacifique, ouverte à tous et crédible, conformément aux constitutions respectives des pays et à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, selon le cas. Ils ont estimé que le renforcement de la coopération régionale dans le domaine de la justice contribuerait à la lutte contre l’impunité et jouerait un rôle stabilisateur en améliorant la confiance des populations de la région dans la fiabilité des institutions judiciaires.

Les membres du Conseil se sont félicités de l’engagement pris par les États signataires de l’Accord-cadre d’achever, sans condition préalable et dans les meilleurs délais, le rapatriement des combattants désarmés des Forces démocratiques de libération du Rwanda et des combattants de l’ex-M23. Ils ont invité instamment les gouvernements des pays de la région à renforcer, avec l’appui des garants de l’Accord-cadre, leur collaboration en vue de respecter le calendrier convenu.

Les membres du Conseil ont demandé instamment aux gouvernements des pays de la région, ainsi qu’aux partenaires régionaux et internationaux, de continuer de répondre aux besoins humanitaires qui sont pressants et augmentent de façon considérable et de rechercher des solutions durables pour les personnes déplacées, les réfugiés et les demandeurs d’asile. Ils ont salué les organismes humanitaires des Nations Unies, les partenaires et les donateurs pour les efforts qu’ils faisaient en vue d’apporter un appui immédiat et coordonné à la population. Ils ont noté que malgré l’augmentation des besoins, les financements obtenus dans l’ensemble de la région en réponse aux appels humanitaires restaient insuffisants, et ont exhorté les partenaires internationaux, ainsi que l’ensemble de la communauté des donateurs, à intensifier leur appui à l’action humanitaire dans la région et en République démocratique du Congo.