DR Congo

Contre l’impunité, appui aux victimes de Violences Basées sur le Genre et autonomisation de femmes à l’Est en RD Congo : Le Chargé dudit Programme à la Caritas Goma en parle

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Kinshasa, le 02 mars 2016 (caritasdev.cd) : Dans une interview accordée récemment à caritasdev.cd, et à lire ci-dessous in extenso, le Chargé du Programme conjoint de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de Violences Basées sur le Genre (VBSG) et d’autonomisation de femmes à l’Est en RD Congo, au niveau de la Caritas Goma, donne quelques informations sur cette importante activité. Dans cette interview, monsieur Pascal LUHIRIRI dit un mot sur les activités déjà réalisées et à mener par la suite par ce Programme. Ce dernier est communément connu sous le nom de « Tupinge ubakaji ». Ce Programme est mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds de Nations unies pour la population (UNFPA en sigle anglais), le Fonds des Nations unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO) et le Bureau conjoint de Nations unies pour les droits humains (BCNUDH).

Dans ledit Programme, Caritas Congo Asbl est le Sous-Récipiendaire de l’UNFPA et elle intervient dans ce cadre avec des Sous-Bénéficiaires qui sont le Bureau Diocésain des Œuvres Médicales (BDOM) Bunia et le BDOM Butembo-Beni, la Caritas-Développement Goma et le Centre Olame ainsi que les autres partenaires. Ces derniers sont : la Division Provinciale de la Santé du Nord-Kivu, celle du Sud-Kivu et celle de l’Ituri. Le Programme «Tupinge ubakaji », outre là où il est exécuté dans les provinces du Nord -Kivu/ Goma, du Sud -Kivu/Bukavu et de l’Ituri/ Bunia, dans l’Est de la RD Congo, a ouvert une extension dans la partie Ouest du pays avec l’ex-province de Bandundu et la ville de Kinshasa, rapporte caritasdev.cd

Question (Q) : Le Programme conjoint de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de Violences Basées sur le Genre (VBSG) et d’autonomisation de femmes à l’Est en RD Congo a mené diverses activités en ce qui concerne la Caritas-Développement Goma. Peut-on connaître ces activités ?

Réponse (R ) : Les activités que nous avons menées dans la prise en charge psycho-sociale de survivantes de violences sexuelles et basées sur le Genre sont les suivantes : Suivi, accompagnement et supervision technique des activités, Tenue des séances de travail avec les acteurs de terrain sur l’évolution des activités, Vérification et harmonisation de la documentation tenue par les agents psycho-sociaux et les prestataires, Evaluation des besoins de victimes et des maisons d’écoute dans le suivi psycho-social et dans l’accompagnement des victimes par les actions de terrain. Les autres activités sont : Organisation de sensibilisation thérapeutique avec les victimes, Organisation des séances de supervision pour la décharge émotionnelle des victimes, Organisation des visites à domicile (suivi familiale et médiation familiale, communautaire), Supervision formative des acteurs et Analyse de la pratique éprouvante/pénible.

Q : Quelles sont les difficultés que rencontre dans le cadre de la Caritas Goma le Programme conjoint de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de Violences Basées sur le Genre (VBSG) et d’autonomisation de femmes à l’Est en RD Congo ou « Tupinge ubakaji » ?

R : Comme difficultés, nous signalons que nous travaillons dans un contexte sécuritaire particulier, avec la prolifération des groupes armés qui s’affrontent continuellement entre eux et/ou contre les Fardc (armée nationale) et le système de kidnapping (de femmes) dans le territoire d’intervention des éléments armés. En outre, nous signalons que certains maris continuent à vivre en séparation de corps avec leurs femmes suite à leur statut actuel de personnes violées. Une autre difficulté que nous rencontrons est la non connaissance de la différence entre le psychologue et les autres acteurs comme le pasteur, le tradithérapeute… En plus, certaines victimes ont peur de dénoncer l’acte de violence sexuelle qu’elles ont connu ou elles craignent l’humiliation subie face à une telle situation. Il y a enfin l’insuffisance de professionnalisation des acteurs de terrain et celle des moyens de transport des victimes.

Q : Quelles sont prochaines activités que va mener le Programme conjoint de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de Violences Basées sur le Genre (VBSG) et d’autonomisation de femmes à l’Est en RD Congo, s’agissant de la Caritas-Développement Goma ?

R : Les activités prochaines seront les mêmes citées ci-dessus. Toutefois, nous allons initier le processus de socio-thérapie dans nos activités comme nouvelle approche.

Q : Que dites-vous à la fin de cette interview ?

R : Nous recommandons à la hiérarchie de la Caritas Goma en collaboration avec la Caritas Congo Asbl et l’UNFPA de voir dans quelle mesure répondre aux besoins cruciaux jugés nécessaires pour la victime. Ceci dans le but de ne pas freiner le processus en cours du développement en vue de l’épanouissement intégral des survivantes de violences sexuelles et basées sur le Genre.

Propos recueillis de notre Envoyé spécial à Goma JOSEPH KIALA