DR Congo

Conférence de presse MONUSCO du mercredi 27 avril 2011

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Madnodje Mounoubai: Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, Membres de la presse, Auditeurs de Radio Okapi, Bonjour et bienvenu à notre rendez-vous hebdomadaire de tous les mercredis.

  • Activités des responsables de la MONUSCO
  • Activités des composantes de la MONUSCO
  • Situation militaire

Activités des responsables de la MONUSCO

A Kinshasa, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la RDC, Roger Meece, a rencontré lundi 25 avril le Président du Senat, Léon Kengo wa Dondo et hier le ministre de la coopération international Raymond Tshibanda. La semaine dernière, il avait rencontré le président de l'Assemblée nationale, Evariste Boshab. Avec ces autorités congolaises, il a fait le tour des questions d’intérêt commun et évoqué le prochain rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur la RDC.

Activités des composantes de la MONUSCO

Droits de l’homme :

A Bukavu, hier mardi 26 avril 2011, dans le cadre du renforcement des capacités de la Police Nationale Congolaise (PNC) du Sud-Kivu pour la lutte contre l’impunité des violences sexuelles, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) a remis un important lot de matériels et fournitures de bureau à l’Inspection Provinciale de la PNC. Ces équipements composés de plusieurs consommables, mobiliers et autres outils de travail parmi lesquels des tables, des chaises, des vélos et des groupes électrogènes sont destinés aux commissariats et sous-commissariats de la PNC dans les territoires de Mwenga, Shabunda, Idwi et Fizi. Ce projet d’un coût global de 8.000 dollars américains a été financé par l’Agence Canadienne de Développement International.

Affaires civiles :

A Kananga, la section des Affaires civiles a, du 20 au 21 avril dernier, facilité la tenue d’un atelier portant sur le renforcement des capacités des acteurs de la société civile, ainsi que la mise en place du Comité provincial de suivi des résolutions du Symposium de la société civile.

Cet atelier a connu la participation d’environ 60 personnes (dont 16 femmes) issus de différentes plates-formes et des représentants du gouvernement. Les séances se sont articulées autour de thèmes relatifs à la Déclaration de Paris et le rôle de la société civile; la vue d'ensemble de la société civile en RDC, l'analyse du mouvement associatif dans le Kasaï Occidental, en identifiant les points forts et les faiblesses ; la Charte de la société civile et la dynamique de groupe. Les participants ont reconnu que la seule solution pour une société civile viable œuvrant dans l’intérêt de la population est notamment de mettre en place un cadre de concertation; de créer des groupes thématiques correspondant aux priorités socio-économiques fixées par le gouvernement national et les groupes de donateurs. 20 groupes de travail ainsi qu’un comité de suivi provincial ont été mis en place, reflétant l'esprit du Symposium national tenu en mai 2009.

A Mbuji-Mayi, la section des Affaires civiles a, en collaboration avec le ministère provincial du Plan, facilité du 20 au 22 avril, la tenue d’un atelier sur l'harmonisation des taxes et la légalisation des documents constitutifs des ONG. L'atelier a rassemblé 50 participants dont des représentants d’ONG locales et internationales, du ministère du Plan et celui des Finances, ainsi que des représentants de divers organismes gouvernementaux impliqués dans le processus de légalisation des ONG. A la fin de l’atelier, les participants ont pu établir des procédures et s’entendre sur les impôts /taxes à payer dans le cadre du processus de légalisation des ONG. Le ministre provincial des Finances a promis d'intégrer les recommandations proposées par les participants dans le décret provincial sur le sujet. Une commission temporaire a été installée pour assurer le suivi des dossiers en cours des ONG qui sont en cours de légalisation, afin d’aider à accélérer le processus.

Electorale :

Les principaux bailleurs du Projet d’Appui au Cycle Electoral (PACE) du (Programme des Nations Unies pour le Développement) PNUD et la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) se sont réunis le 20 avril dans le cadre du Comité de pilotage du projet en présence de quelques membres du gouvernement. Le point sur les opérations d’enregistrement des électeurs, la situation budgétaire du projet ainsi que les éléments du calendrier électoral ont été présentés aux ambassadeurs. Le Comité de pilotage a été rebaptisé «Comité de partenariat pour les élections» et sa prochaine réunion se tiendra au courant du mois de mai 2011.

La CENI a réceptionné 1.000 kits d’enregistrement du gouvernement togolais qui s’ajoutent à ceux actuellement disponibles. Le gouvernement congolais a également procédé à l’achat de 1.500 nouveaux kits supplémentaires qui seront livrés très prochainement.

Police :

Dans le cadre du renforcement des capacités de la Police Nationale Congolaise (PNC), la Police MONUSCO a poursuivi cette semaine les sessions de recyclage des éléments de la PNC à la sécurisation des élections, notamment à Kananga, Kalemie, Kisangani, Lubumbashi. Elle a par ailleurs poursuivi la formation de 45 Officiers de Police Judiciaires (OPJ) formateurs de la PNC sur la lutte contre les violences sexuelles, en cours depuis le à Kasangulu dans la province du Bas-Congo depuis le 21 mars 2011.

Concernant le projet de formation des Bataillons de la Police d’Intervention Rapide (PIR) pour la sécurisation des élections, une session de recyclage a été menée du lundi 04 au 22 avril au profit de 73 commandants de bataillons et 28 commandants de compagnies en vue de renforcer leurs capacités de commandement. Les enseignements ont porté sur le Commandement, la Législation en maintien de l’ordre, les Droits de l’Homme et le Management.

Dans les deux Kasaï, les opérations de la collecte des données de la PNC, débutées le 16 mars, se poursuivent. A la date du 22 avril, 16.818 Policiers ont été recensés dont 7.845 pour le Kasaï Occidental et 8.973 pour le Kasaï Oriental.

Autres activités des Agences des Nations Unies : A Bunia, les affaires civiles de la MONUSCO, en collaboration avec le sous Bureau du PNUD/Ituri et les autorités politico-administratives du district, a organisé du 19 au 23 avril 2011des ateliers de renforcement de capacités au profit des cadres et agents de l'administration publique congolaise du territoire d’Irumu situé au Sud-est du district de l’Ituri dans la province Orientale Ces ateliers, qui s'inscrivent dans le cadre du programme de Stabilisation et de la Reconstruction de l'Est de la République Démocratique du Congo (STAREC), ont enregistré la participation d’une trentaine de chefs coutumiers, de chefs secteurs et d’agents de l’administration publique des différentes localités du territoire d’Irumu.

Les participants ont ainsi étés édifiés sur plusieurs thèmes liés à la bonne gestion des finances locales tels que les principes de l' élaboration du budget des entités territoriales décentralisées, l’exécution du budget, la comptabilité publique dans les chefferies et secteurs, la gestion et le contrôle financiers, la gestion des services publics et l’organisation administrative des services impliqués dans la gestion des finances publiques locales, l’organisation administrative, la gestion des infrastructures de base, le développement local et la planification dans le contexte de la décentralisation.

UNMACC :

Le Centre des Nations Unies chargée de la coordination de la lutte antimines en RDCongo (UNMACC) organise du 2 au 6 mai 2011 à Kinshasa une série d’ateliers dont celle qui aboutira à la validation, en août de cette année, du plan stratégique national pour la lutte antimines avec la commission nationale. L'objectif visé est de doter la RDC d'un document stratégique pour la lutte antimines qui soit approprié à l'ampleur de la contamination et de son impact, possible en termes de structures et de capacités de gestion nationales, aligné sur les priorités plus larges de développement et de stabilisation et réaliste en termes de ressources s nécessaires.

Ces ateliers rassembleront toutes les entités impliquées dans la lutte antimines en RDC, notamment les agences des Nations Unies, les opérateurs actifs dans le programme, les autorités nationales en charge du programme, les élus nationaux, les représentants des régions affectées, les ONG nationales et internationales, les représentants de la société civile et des organisations de personnes handicapées et de victimes de mines. La presse est vivement conviée à la couverture de cet événement auquel participeront plusieurs ministres. Plus de détails dans la note d’information qui vous sera remise.

Situation militaire

A l’Ouest de la République Démocratique du Congo, la situation sécuritaire est relativement stable.

Dans la province de l’Equateur, dans le cadre des opérations de sécurisation de la population, une patrouille des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) a procédé à l’arrestation d’un des dirigeants du groupe insurrectionnel Enyele au marché de Dongo, le 23 avril 2011. Il serait chargé de l’organisation du regroupement des insurgés Enyele au Congo-Brazzaville.

Par ailleurs, l’unité de la « Riverine » de la Force de la MONUSCO poursuit ses patrouilles conjointes avec le 2ème et 4ème groupe naval des FARDC entre Kinshasa et Kisangani, en vue de sécuriser l’environnement fluvio-maritime et marquer sa présence le long du fleuve Congo.

En Province Orientale, la situation sécuritaire est restée relativement calme pendant la période sous examen.

La section logistique de la MONUSCO a soutenu le déploiement dans la zone opérationnelle de Dungu d’un bataillon FARDC formé au camp militaire de Kisangani, en vue de renforcer le dispositif sécuritaire dans les districts du Haut et Bas-Uélé.

Suite à la détérioration de la situation sécuritaire à Doruma, un détachement de Forces Spéciales Guatémaltèques y a été déployé le 23 avril 2011, pendant que l’opération « Easter Shield » chargée de la protection des populations pendant la période de fêtes de Pâques se poursuit dans les localités de Duru, Kiliwa, Faradje, Doruma, Niangara, Ngilima et Bangadi sous forme de patrouilles intensives de longue portée. Deux individus affiliés à l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) ont été appréhendés par les FARDC lors d’une patrouille à Doruma.

En Ituri, suite à l’attaque et au pillage du marché d’Aveba, situé à 45 kilomètres au Sud-ouest de Bunia, par des miliciens dans la nuit du 20 au 21 avril 2011, la base opérationnelle de la Force de la MONUSCO est intervenue au profit des FARDC et des populations en poursuivant les assaillants à Katona, situé à 10 kilomètres au Sud d’Aveba. Un milicien a été tué. Les FARDC et la Force de la MONUSCO ont immédiatement lancé l’opération aéroterrestre « Ituri Dhoruba » (Tempête d’Ituri) dans les localités de Kabona, Soke, Zunguluka et le long de la rivière Afubu, dans la période du 21 avril au 1er mai 2011, pour renforcer la sécurité de la population et neutraliser les groupes armés résiduels.

En outre, le 19 avril 2011, l’équipe médicale du bataillon du Bangladesh de la Force de la MONUSCO a prodigué des soins gratuits aux populations civiles d’Ofai, chef-lieu de la collectivité Walesse Vonkutu, à 110 kilomètres au Sud-ouest de Bunia. A cet effet, près de 300 malades souffrant de pathologies diverses ont été traités.

Au Nord-Kivu, la situation sécuritaire a été marquée par quelques incidents dans les territoires de Rutshuru.

C’est ainsi que les FARDC poursuivent leurs opérations contre les éléments Mayi-Mayi au Nord de Bianze, situé à 5 kilomètres au Nord-est de Hutwe alors qu’ils mènent avec l’Institut Congolais de Conservation de la Nature (ICCN) des opérations conjointes dans le parc national de Virunga contre l’exploitation illégale de bois.

Le 19 avril 2011, le Colonel Wenceslas Nizeyimana, commandant en second des Forces démocratiques de Libération du Rwanda-Ralliement pour l’Unité et la Démocratie (FDLR-RUD), s’est rendu à la MONUSCO en compagnie de sa femme et de ses deux enfants. Il a été rapatrié au Rwanda le 21 avril 2011.

Le 23 avril 2011, des affrontements entre FARDC et l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain (APCLS) à Kalenge, à 3 kilomètres au Sud-est de Pinga, ont entraîné la mort de deux éléments de l’APCLS.

Par ailleurs, cette semaine, la Section de la Protection de l’Enfant du Bureau de la MONUSCO de Goma a procédé à la prise en compte de dix enfants, dont huit Congolais et deux Rwandais, associés aux FDLR-FOCA (Forces Combattantes Abacunguzi), aux FDLR-RUD et aux Mayi-Mayi Patriotes Résistants Congolais (PARECO).

Au Sud-Kivu, la situation sécuritaire est relativement calme malgré quelques incidents caractérisés par les pillages, enlèvements et actes de vandalisme attribués aux différents groupes armés.

Le 23 avril 2011, les FARDC ont mené une opération unilatérale à Karasi et Hombo contre les FDLR durant laquelle un combattant FDLR a été tué et quatorze membres de leurs familles arrêtés aux environs de Kambali, situé à 5 kilomètres au Nord-ouest du poste opérationnel de la Force de la MONUSCO de Bunyakiri.

Dans la nuit du 24 au 25 avril 2011, une pirogue motorisée en provenance du village de Kasunyu, à 7 kilomètres de la localité de Minova en territoire de Kalehe, ayant à son bord 80 passagers et des marchandises, a chaviré sur le lac Kivu au Nord de l’île d’Idjwi. L’unité navale de la « Riverine » de la Force de la MONUSCO a été immédiatement déployée sur le site en vue de participer aux efforts conjoints de recherche et de sauvetage.

Dans le cadre du soutien humanitaire, la Brigade Pakistanaise du Sud-Kivu a installé un camp médical à Kasika, à 30 kilomètres à l’Est de Mwenga, au profit d’une soixantaine de personnes libérées par les FDLR suite aux opérations militaires menées par la 323ème brigade FARDC basée à Kiyomvu. Un autre camp médical a été installé au village de Karamny, à 5 kilomètres au Sud d’Uvira, le 23 avril 2011 au profit de la population locale.

Enfin, concernant les statistiques des patrouilles, la Force de la MONUSCO a mené 1631 patrouilles armées, dont 368 patrouilles nocturnes, et fourni 82 escortes, pendant que 341 autres patrouilles ont été menées par les Observateurs Militaires de la Force.