DR Congo

Compte-rendu de l’actualité des Nations Unies en RDC à la date du 13 juillet 2022

Attachments

MONUSCO REPRESENTANTE SPECIALE

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, condamne avec la plus grande fermeté les récentes attaques attribuées aux ADF dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Un centre de santé à Lume et les villages de Malulu, Matete, Busiyo, Sengi et Matonge ont été pris pour cibles lors d'une série d'attaques entre le 7 et le 11 juillet, au cours desquelles au moins 20 personnes, dont deux enfants, ont été tués et un grand nombre de civils, dont 30 enfants, enlevés. Des centaines de maisons ont été incendiées entrainant le déplacement de centaines de civils.

En réponse, la MONUSCO a déployé des forces de réaction rapide pour fournir une protection physique immédiate et un soutien aux personnes dans les zones touchées. A Busiyo, à 72 km au sud-ouest de Bunia, les casques bleus ont échangé des coups de feu avec les assaillants, les forçant à se retirer du village.

A Matonge, la Mission a envoyé une force de réaction rapide dans la nuit du 11 juillet alors qu’une attaque contre l’armée congolaise avait lieu. Là aussi, les militaires de la MONUSCO ont été pris pour cible par les ADF.

La MONUSCO souligne la nécessité de maintenir la pression militaire sur les ADF et d’autres groupes armés opérant dans le Nord-Kivu et l’Ituri, alors que l’armée congolaise et la Mission concentrent depuis plus d’un mois maintenant leurs efforts et une partie de leurs moyens à repousser les attaques du M23. Ce qui a forcément des implications négatives sur les autres régions où l’armée nationale et la MONUSCO opèrent.

Concernant justement les opérations contre le M23 et la situation dans le Rutshuru, les forces de la Mission continuent de soutenir l’armée congolaise, notamment autour du pont de Kabindi ainsi qu’à Rumangabo, en vue d’assurer la sécurité de mouvement de la population le long de la route nationale 2.

La Représentante spéciale réitère la nécessité d’engager au plus vite la désescalade, d’obtenir que le M23 et tous les groupes armes déposent les armes sans conditions, et d’assurer une réponse régionale et internationale unie pour la sécurité et la stabilité à l’est de la RDC.