DR Congo

Compte-rendu de l’actualité des Nations Unies en RDC à la date du 5 mai 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

MONUSCO

REPRESENTANTE SPECIALE :

La Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, a rencontré hier après-midi le Président Felix Tshisekedi pour évoquer la déclaration d’état de siège qui entre en vigueur le 6 mai dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Cette décision est une décision souveraine qui peut avoir des implications significatives en matière d’assistance humanitaire et de droits de l’homme. La MONUSCO, avec les Agences des Nations Unies, va étudier l’ordonnance en profondeur et fera part aux autorités, en temps opportun et de manière constructive, de ses observations.

La discussion entre le Chef de l’Etat et la Représentante spéciale a porté sur les attentes des autorités en matière de soutien de la part de la MONUSCO afin de restaurer la sécurité dans les deux provinces, ainsi que sur la nécessité de protéger les droits fondamentaux des populations dans la mise en œuvre de l’état de siège.

La MONUSCO prend note du fait que l’état de siège est déclaré pour une période initiale de 30 jours et que son éventuelle prorogation nécessite consultation avec l’Assemblée nationale et le Sénat.

En outre, la Représentante spéciale salue l’investiture du gouvernement et réaffirme la détermination du système des Nations Unies dans son ensemble à soutenir autant que possible les priorités énoncées en matière de sécurité, de renforcement de l’autorité de l’Etat, de promotion des droits de l’homme, d’assistance humanitaire et de développement. La MONUSCO se félicite en particulier de : la détermination exprimée par le Premier ministre de se mettre au travail rapidement, notamment sur des réformes institutionnelles majeures - réforme de la justice et réforme du secteur de la sécurité ; l’engagement personnel pris par le Premier ministre à donner la priorité au DDRCS et à démarrer un programme concret sur la réintégration des anciens combattants sur une base communautaire ; l’accent fort mis sur l’Agenda Femmes Paix et Sécurité, notamment en ce qui concerne la représentation des femmes dans les institutions, la protection de l’intégrité physique des femmes et plus largement, la lutte contre les violences sexuelles.

Enfin, la Représentante spéciale réitère son soutien total à l’appel lancé par l’UNICEF concernant l’utilisation et la manipulation des enfants à des fins politiques. La protection et l’intérêt des enfants doivent être au cœur de nos préoccupations.