DR Congo

Compte-rendu de l’actualité des Nations Unies en RDC à la date du 29 septembre 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

MONUSCO

REPRESENTANTE SPECIALE :

Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, va présenter le dernier rapport du Secrétaire général sur la RDC, le 5 octobre, au Conseil de sécurité.

Dans ce rapport est inclus le Plan de transition conjoint, signé récemment avec le gouvernement congolais, qui définit les priorités et les jalons nécessaires à atteindre entre 2021 et 2024 pour un retrait progressif, responsable et durable de la Mission.

Le Conseil de sécurité avait demandé à la Mission de travailler conjointement à ce plan de transition avec le Gouvernement. A cet effet, un Groupe de travail conjoint avait été mis en place en tenant compte en premier lieu des priorités nationales, ainsi que des réalités sur le terrain et des contingences budgétaires. Ce Plan de transition est le résultat des réflexions de ce Groupe de travail conjoint. Il propose donc un calendrier indicatif envisageant la réalisation, d’ici 2024, de jalons qui constituent des conditions minimales nécessaires pour effectuer le retrait progressif et responsable de la MONUSCO tout en identifiant les facteurs de risque qui pourraient raviver les conflits violents ou compromettre la sécurité et la stabilité. La réalisation de ces jalons dépendra de la mise en œuvre des mesures du programme d’action du Gouvernement, notamment en ce qui concerne la bonne gouvernance, le renforcement des institutions et la promulgation des réformes nécessaires. La MONUSCO ne quittera pas la République démocratique du Congo de manière précipitée ; la transition se fera par un transfert progressif des tâches de la Mission onusienne au gouvernement de la RDC, en coordination avec l’équipe de pays des Nations Unies et les partenaires concernés, qui permette à la RDC de prendre ellemême en charge sa sécurité et sa stabilité. Ce retrait se fera par étapes, en tenant compte de l’évolution de la situation et des besoins de protection de la population congolaise.