DR Congo

Compte-rendu de l’actualité des Nations Unies en RDC à la date du 18 août 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

COMPTE-RENDU DE L’ACTUALITE DES NATIONS UNIES EN RDC A LA DATE DU 18 AOUT 2021

MONUSCO

REPRESENTANTE SPECIALE :

La Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo, Bintou Keita, déplore et condamne les récents assassinats de deux journalistes congolais, dans le Nord-Kivu et en Ituri.
La Cheffe de la MONUSCO rappelle que tout journaliste doit bénéficier de protection conforme aux standards internationaux. A ce titre, toute atteinte à leur intégrité physique est inacceptable. « J’appelle à une enquête qui permettra d’établir les faits et les responsabilités, afin que les auteurs de ces assassinats soient poursuivis et jugés », a-t-elle déclaré.
Par ailleurs, la Représentante spéciale se félicite de la validation du document conjoint de transition, par le Gouvernement représenté par le Premier ministre, le 14 aout dernier. Ce document définit 18 jalons, identifiés de manière consensuelle, à atteindre pour initier le retrait progressif, responsable et durable de la MONUSCO.

PROTECTION DE L’ENFANT :

Au cours du mois de juillet 2021, la section Protection de l’enfant de la MONUSCO a documenté et vérifié 174 violations graves des droits de l’enfant dans le cadre des conflits armés en RDC, ce qui représente une diminution de 2% du nombre de violations documentées en juin 2021 (178 violations).
Le recrutement et l'utilisation d'enfants a continué d'être la violation la plus fréquente (130), suivie par les meurtres et les mutilations (18), les violences sexuelles (11), les enlèvements (11) et les attaques contre les écoles et les hôpitaux (4). Les violations vérifiées ont été attribuées aux Mai Mai Biloze Bisambuke (45), APCLS (41), ADF (23), Nyatura (23), Maï-Maï Kalenge (10), CODECO (7), Maï-Maï Malaika (7), Maï-Maï non identifiés (4), Apa na Pale (2), Twigwaneho (2), UXO (2), FDLR FOCA (1), FDLR (RUD (1) et Maï-Maï Mazembe (1).
Les acteurs étatiques sont responsables de cinq violations (FARDC : 4, PNC : 1). Globalement, 41% des violations ont été vérifiées au Nord-Kivu (72), 29% au Sud-Kivu (51), 17% en Ituri (30), 7% au Tanganyika (12), et 5% au Maniema (9).
Par ailleurs, en juillet 2021, la section de la Protection de l’enfant de la MONUSCO a organisé une mission de vérification de l'âge des éléments de Maï-Maï Biloze Bisambuke et 45 enfants ont été séparés. Au total, 2 378 enfants ont été libérés volontairement par des commandants dans le cadre de la mise en œuvre des feuilles de route signées depuis juillet 2018.
Enfin, à Butembo, une équipe de la Police des Nations Unies a sensibilisé mardi 10 août les habitants du quartier Kambale, commune de Vulamba, sur les droits des enfants.