DR Congo

Compte-rendu de l’actualité des Nations Unies en RDC à la date du 17 novembre 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

MONUSCO

REPRESENTANTE SPECIALE :

Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, conclut aujourd’hui une mission de trois jours au Tanganyika. C’est la troisième fois que la cheffe de la MONUSCO se rend dans cette province, elle est cette fois accompagnée de ses deux Représentants spéciaux adjoints, d’une délégation MONUSCO et de plusieurs chefs d’agence des Nations Unies.

Madame Keita a échangé sur place avec les autorités provinciales, les associations de jeunes, de femmes et les acteurs humanitaires. « Nous, MONUSCO, autorités et société civile, devons atteindre ensemble un certain nombre de jalons pour permettre à la mission onusienne de quitter la province du Tanganyika ; cela ne sera possible que par la mutualisation des efforts », a-t-elle expliqué, tout en rappelant la détermination et l’engagement de toute la famille des Nations Unies à accompagner la transition. En ce moment même, la délégation est à Kabeya Mayi, pour évaluer la situation sécuritaire et humanitaire dans le territoire de Nyunzu ou plus de 3 600 personnes ont été déplacées du fait de l’insécurité.

A noter également que Bintou Keita sera de retour demain à Kinshasa et participera au lancement des célébrations de la Journée internationale Nelson Mandela à Roméo Golf, à partir de 9H45.

PROTECTION DE L’ENFANT :

Au cours du mois d’octobre 2021, la Section de la Protection de l’enfant de la MONUSCO a documenté et vérifié 99 violations graves des droits de l’enfant dans le cadre des conflits armés en RDC, ce qui représente exactement le même nombre de violations que celles documentées le mois précédent.

Le recrutement et l'utilisation d'enfants a continué d'être la violation la plus fréquente (39), suivie par les enlèvements (27), les meurtres et mutilations (15), les violences sexuelles (9), les attaques contre les écoles et les hôpitaux (8) et le refus de l'accès humanitaire (1). Les violations vérifiées ont été attribuées aux Mai-Mai Biloze (18), CODECO (15), Mai-Mai Rene (12), ADF (10), Mai-Mai Malaika (7), Mai-Mai non-identifie (8), Apa na Pale (6), Mai-Mai Mazembe (4), NDC-Renove (4), FRPI (2), Nyatura (2), Rayia Mutomboki (2), FDLR FOCA (1), FPIC (1) et Mai-Mai Nyerere (1). Les acteurs étatiques sont responsables de 6 violations (FARDC : 6). Globalement, 36 violations ont été vérifiées au Sud Kivu, 26 en Ituri, 25 au Nord Kivu, 11 au Maniema, et 1 au Tanganyika.

En outre, du 9 au 12 novembre, la Section de la Protection de l’enfant a effectué une mission de terrain à I'Amba (territoire de Fizi) pour faciliter la signature de la déclaration unilatérale et de la feuille de route par le général autoproclamé Kimanuka Musasa, commandant du Rassemblement Congolais contre l'Occupation et la Balkanisation (RCCOB). Dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route, une vérification de l'âge des troupes du RCCOB a été effectuée, ce qui a permis de séparer 26 enfants, dont 5 filles âgées de 14 à 17 ans.