Communiqué de l’Équipe spéciale conjointe ONU-Union africaine chargée des questions de paix et de sécurité

Report
from UN Secretary-General
Published on 25 Sep 2018 View Original

SG/2248
25 SEPTEMBRE 2018

L’Équipe spéciale conjointe Organisation des Nations Unies-Union africaine chargée des questions de paix et de sécurité a tenu sa quinzième réunion consultative au Siège de l’ONU, à New York, le 22 septembre 2018.

La réunion a passé en revue l’état du partenariat entre l’ONU et l’Union africaine (UA), en mettant l’accent sur les situations au Cameroun, en République centrafricaine (RCA), aux Comores, en République démocratique du Congo (RDC), en Guinée-Bissau, en Libye, au Mali/Sahel, au Soudan du Sud et dans la Corne de l’Afrique. Ont également été discutés: la coopération sur les femmes, la paix et la sécurité; le suivi des résolutions 2320 (2016) et 2378 (2017) du Conseil de sécurité; l’initiative de l’UA « Faire taire les armes d’ici à 2020 »; les réformes de l’UA et de l’ONU.

La Commission de l’UA et le Secrétariat de l’ONU étaient représentés respectivement par le M. Smaïl Chergui (paix et sécurité) et Mme Minata Samaté-Cessouma (affaires politiques); et par les Secrétaires généraux adjoints Mme Rosemary DiCarlo (affaires politiques), MM. Jean-Pierre Lacroix (opérations de maintien de la paix) et Atul Khare (appui à la coordination sur le terrain).

L’Équipe spéciale conjointe a pris note des progrès considérables réalisés dans le partenariat ONU-UA, y compris la tenue de la deuxième conférence annuelle Union africaine-Organisation des Nations Unies à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 9 juillet 2018.

Cameroun: L’ONU et l’UA ont salué le plan humanitaire d’intervention d’urgence du Gouvernement pour les régions anglophones et demandé un accès pour les organisations humanitaires et des droits de l’homme. Elles ont pris note des développements politiques dans le pays, et, en même temps, souligné la nécessité d’un dialogue inclusif pour s’attaquer aux causes profondes de la crise. Elles ont souligné l’importance de conduire une élection présidentielle pacifique le 7 octobre 2018.

République centrafricaine: L’ONU et l’UA ont salué les progrès réalisés dans le processus de paix et souligné la nécessité de le renforcer, dans le cadre de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation. La réunion ministérielle de haut niveau sur la RCA, organisée en marge de l’Assemblée générale, le 27 septembre, doit être l’occasion de réaffirmer l’engagement de la communauté internationale, en particulier la région, de parvenir à une paix durable dans ce pays. L’ONU et l’UA ont souligné la nécessité de coordonner les efforts avec les forces centrafricaines de défense et de sécurité internes.

Comores: L’Équipe spéciale conjointe a demandé au Gouvernement des Comores de créer un environnement propice à un dialogue véritable et inclusif sous l’égide de l’UA. L’UA et l’ONU ont souhaité qu’un tel dialogue permette aux parties prenantes de s’entendre sur la marche à suivre après le référendum et pour mettre fin à un cycle de processus transitionnels fragiles dans ce pays.

République démocratique du Congo: L’Équipe spéciale conjointe a salué les progrès réalisés par le Gouvernement congolais et la Commission électorale dans la préparation des élections présidentielle et législatives du 23 décembre 2018. L’Équipe spéciale conjointe a appelé les parties prenantes congolaises à rester activement engagées dans la mise en œuvre des engagements au titre de l’accord politique du 31 décembre 2016. Elle continuera d’appuyer les efforts entrepris en faveur de la stabilité dans la période postélectorale en RDC.

Guinée-Bissau: L’ONU et l’UA ont salué les progrès réalisés en vue de résoudre la crise politique en Guinée-Bissau et souligné l’importance de tenir des élections législatives à la date prévue, le 18 novembre 2018. Elles ont réitéré leur engagement à continuer d’aider le pays à relever ses défis, en collaboration avec d’autres partenaires internationaux.

Libye: Préoccupée par la situation sur le terrain, l’Équipe spéciale conjointe a souligné l’importance de la coordination entre l’ONU et l’UA, du partage de l’information et de l’analyse conjointe pour appuyer le processus de paix en consultation étroite avec les acteurs libyens.

Mali/Sahel: L’UA et l’ONU ont reconnu la nécessité d’assurer la complémentarité de leurs efforts pour la promotion du développement, la prévention et une paix durable. Les discussions ont porté sur l’insécurité croissante dans la région du Sahel. L’ONU et l’UA ont convenu de travailler ensemble pour mobiliser les ressources nécessaires pour la région, y compris pour appuyer la Force conjointe du G5 Sahel. L’Équipe spéciale conjointe a souligné l’importance de mesures adéquates pour garantir le principe de responsabilité en cas de violations des droits de l’homme. Il a été noté que la récente élection présidentielle au Mali devrait permettre d’accélérer la mise en œuvre de l’accord de paix.

Soudan du Sud: L’Équipe spéciale conjointe a salué la signature de l’Accord revitalisé sur la résolution du conflit au Soudan du Sud (R-ARCSS), le 12 septembre 2018, et applaudi les efforts des pays de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). L’Équipe spéciale conjointe a appelé toutes les parties à s’engager à appliquer pleinement l’Accord, y compris à adhérer immédiatement à un cessez-le-feu permanent, à réformer le secteur de la sécurité et à résoudre les questions concernant le nombre et les frontières des États. Elle a également appuyé la création rapide d’institutions clefs comme la Commission sur la vérité, la guérison et la réconciliation, l’Autorité sur la compensation et les réparations, et la Cour hybride. Une visite conjointe UA-ONU doit avoir lieu prochainement au Soudan du Sud pour appuyer le processus de paix.

Corne de l’Afrique: L’UA et l’ONU ont salué les développements positifs récents dans la Corne de l’Afrique, qui viennent consolider la paix et la sécurité dans la région. L’Équipe spéciale conjointe a applaudi le leadership courageux et stratégique dont ont fait preuve les dirigeants régionaux pour résoudre les problèmes entre les pays de la région. L’UA a proposé la création d’un groupe de travail ONU-UA sur la Corne de l’Afrique.

Sur les femmes, la paix et la sécurité en Afrique, conformément à la résolution 1325 (2000), les participants ont notamment souligné l’importance d’impliquer les femmes dans l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies destinées à s’attaquer aux causes sous-jacentes du terrorisme et de l’extrémisme violent.

Pour ce qui est du suivi des résolutions 2320 (2016) et 2378 (2017) du Conseil de sécurité sur le financement prévisible et durable des opérations d’appui à la paix de l’Union africaine autorisées par le Conseil, l’Équipe spéciale conjointe a souligné les domaines de travail prioritaires: développement de modalités pour l’évaluation conjointe et la planification; cadres de notification et de suivi; opérationnalisation du Fonds pour la paix de l’UA.

S’agissant des réformes de l’UA et de l’ONU et leurs effets sur le partenariat en matière de paix et de sécurité, l’Équipe spéciale conjointe a considéré que la structure conjointe régionale de l’ONU responsable de la paix et de la sécurité en Afrique et le nouveau service des partenariats d’appui dans le nouveau Département de l’appui opérationnel, effectifs à compter de janvier 2019, permettront de mieux appuyer le partenariat avec l’UA. L’Équipe spéciale conjointe a également salué le niveau de contributions sans précédent reçu par le Fonds pour la paix de l’UA, depuis sa création en 1993.

La prochaine réunion de l’Équipe spéciale conjointe aura lieu en janvier 2019, à Addis-Abeba, en Éthiopie, en parallèle avec la trente et unième session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine.