DR Congo

Bulletin quotidien no 484 d'information sur l'Afrique Centrale et de l'Est

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de la coordination des affaires humanitaires
IRIN - Afrique Centrale et de l'Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: +254 2 622 129
e-mail: irin@ocha.unon.org

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

Des humanitaires confirment les violations contre les Tutsis a Kinshasa

Des membres d'une organisation humanitaire catholique, evacues de Kinshasa, ont confirme que les forces du gouvernement violaient les droits de l'homme a l'encontre les Tutsis, selon un communique de presse de la CAFOD recu aujourd'hui (jeudi) par IRIN. Les employes de l'organisation ont indique que des soldats avaient effectue des recherches maison par maison et arrete des centaines de Tutsis, dont des enfants de deux ans. Un des employes, qui a lui-meme ete arrete soupconne d'etre tutsi, a decrit l'experience comme etant "tres tendue et epouvantable". "Il existe une tres forte probabilite pour que la violence explose", a-t-il ajoute.

Des sources humanitaires ont informe IRIN que des centaines de personnes, qui seraient des Tustis congolais, ont fui vers Goma pour echapper aux affrontements dans lla region voisine du Masisi. Elles auraient ete prises en charge dans le centre de la ville.

La communaute internationale appelle a la protection des civils

La communaute internationale a encore une fois appele a la protection des civils touches par la guerre. Le CICR a mis en garde hier (mercredi) contre "les consequences extremement graves" sur la sante publique, si les penuries en eau et en electricite se poursuivaient a Kinshasa. Dans un communique de presse, il a appele les parties belligerantes a "faire une distinction entre les combattants et les civils, en mettant l'accent sur le fait que ces derniers doivent etre epargnes dans toutes les circonstances et sans distinction". Le CICR a de plus demande "a avoir un acces libre a toutes les personnes arretees".

L'Union europeenne a publie hier un communique reitereant son inquietude face aux violations des droits de l'homme en RDC. Elle a appele toutes les parties en conflit a permettre au CICR d'avoir acces aux centres de detention et a fournir une securite apppropriee aux detenus.

Mandela appelle a un sommet de la SADC

Le President sud-africain, Nelson Mandela, a appele aujourd'hui a un cessez-le-feu dans la RDC en guerre, et a declare qu'il prevoyait de tenir un sommet avec les membres de la 'Southern African Development Community' (SADC - Communaute de developpement de l'Afrique australe), afin de discuter d'une solution pacifique au conflit, a rapporte l'agence Reuters. "On nous a demande d'appeler un sommet des dirigeants de la SADC... Je souhaite que le President Robert Mugabe (du Zimbabwe) y participe", a declare M. Mandela depuis le Cap. Il a egalement annonce que lui-meme ainsi que son Vice-president, Thabo Mbeki, avaient parle aujourd'hui avec M. Kabila par telephone. "Je suis convaincu que nous avancons vers une solution pacifique", a ajoute M. Mandela.

Nujoma rencontre Mandela

Le President namibien, Sam Nujoma, est arrive au Cap aujourd'hui pour s'entretenir avec M. Mandela au sujet des positions contradictoires en ce qui concerne la crise en RDC. M. Mbeki et le Ministre des affaires etrangeres, Alfred Nzo, etaient egalement presents a cette rencontre. Ils venaient de rentrer d'une mission diplomatique de deux jours au Rwanda et en Ouganda, a rapporte l'agence de presse SAPA. Un envoye special ougandais, Amana Mbabazi, est egalement arrive au Cap aujourd'hui pour tenir des discussions avec de hauts representants sud-africains. La SAPA a ajoute que M. Nujoma a demande la tenue de cette reunion pour informer M. Mandela sur l'initiative militaire dirigee par le Zimbabwe, visant a resoudre le conflit en RDC.

Mugabe accuse le Rwanda d'etre intervenu

M. Mugabe a aujourd'hui accuse le Rwanda d'etre directement implique dans les combats. Il a cite un rapport publie par l'equipe des quatre ministres des affaires etrangeres d'Afrique australe, qui se sont rendus dans la region pour verifier les allegations de Kinshasa selon lesquelles le Rwanda et l'Ouganda sont intervenus dans le conflit congolais, a rapporte l'AFP. M. Mugabe devrait rencontrer de hauts representants de son parti au pouvoir pour les informer des projets du Zimbabwe de soutien a Kabila. Par ailleurs, l'agence de presse allemande (DPA) a rapporte aujourd'hui rapporte que le Zimbabwe avait interrompu ses accords commerciaux avec la RDC par crainte de pertes financieres, et a arrete les vols a destination de ce pays. Le dollar zimbabween a baisse pour le deuxieme jour consecutif, suite a la decision de Harare d'intervenir militairement en RDC.

Le Kenya appuie l'initiative du Zimbabwe

Le Ministre kenyan des affaires etrangeres, Bonaya Godana, a hier exprime son soutien a l'intiation de certains pays de la SADC de mettre fin au conflit. Il a declare que la SADC n'avait "pas pris sur le chemin de la guerre". Selon l'agence Reuters, il a ajoute: "La pire chose qui puisse se passer bien sur est que le conflit arrive au stade ou les armees africaines, les forces de combats non congolaises, finissent face a face. C'est bien la derniere chose que l'Afrique veuille voir". M. Godana a egalement pretendu que des troupes rwandaises soutenaient les rebelles, mais n'a pas pu confirmer l'implication de l'Ouganda.

Le Rwanda repond a Mugabe

Un haut representant du gouvernement rwandais a fait savoir a l'Agence rwandaise d'information (ARI) que les allegations du Zimbabwe concernant l'implication de Kigali dans les affrontements en RDC etaient "extremement irresponsables et dangereusement incendiaires". Selon l'agence de presse,des analystes regionaux a Kigali ont avance que le soutien de Mugabe pour Kabila etait motive par des interets personnels. "Le neveu du President Mugabe a fait fortune avec des affaires conclues avec le fils du President Kabila, Joseph Kabila, actuellement adjoint du Chef d'Etat major de l'armee congolaise", aurait precise un diplomate occidental anonyme, selon ARI.

Kagame ne veut pas du Kivu comme zone-tampon

Le Vice-president rwandais, Paul Kagame, a repousse l'idee de creer une zone-tampon dans la region du Kivu, et il ne veut pas non plus annexer ce territoire. Dans une interview accordee au journal belge 'Le Soir' publiee hier, M. Kagame a declare qu'il voulait que le pouvoir en place a Kinshasa soit "assez fort, assez representatif et capable de veiller lui-meme a la securite des regions frontalieres". Il a dementi l'implication du Rwanda dans la rebellion actuelle en RDC, mais a admis qu'il avait ete decu par le gouvernement de Kabila, qui a ete incapable d'empecher les incursions rebelles depuis l'est de la RDC vers le Rwanda, et de resoudre la question de nationalite des Tutsis congolais.

La Namibie dement les livraisons d'armes a Kabila

Le gouvernement namibien a par ailleurs dementi les informations parues dans la presse selon lesquelles il avait envoye des armes a M. Kabila. Le journal 'Namibian' a rapporte aujourd'hui que deux Boeing, partis de RDC, avaient atterri pendant le week-end sur la base militaire de Grootfontein, dans le nord de la Namibie, et charge 21 tonnes d'armes. La Namibie devrait faire connaitre publiquement sa position en ce qui concerne son soutien a M. Kabila. Le porte-parole namibien des affaires etrangeres a declare qu'il attendait toujours les details de l'accord conclu a Harare hier entre les ministres de la defense de quatre pays africains, ou la Namibie aurait soutenu une intervention militaire en RDC, a rapporte l'AFP.

La France appelle a un sommet des Grands Lacs

La France a appele a une conference de tous les pays des Grands Lacs sur le conflit au Congo. "Il ne s'agit pas seulement d'une crise au sein de la Republique Democratique du Congo, c'est une crise regionale et par consequent on devrait prendre en compte la strategie de l'Ouganda, du Rwanda, du Burundi, des Angolais et des autres", a declare aujourd'hui le Ministre des affaires etrangeres, Hubert Vedrine, sur les ondes d'une radio francaise.

L'OUA est en relation avec les chefs d'Etat de la region

Le President du Burkina Faso et actuel President de l'OUA, Blaise Campaore, a declare aujourd'hui a la radio gabonaise Africa No 1 que l'OUA etait en relation avec les chefs d'Etat de la region en ce qui concerne la crise en RDC. Il a precise que le probleme de la RDC est du "d'un cote, un probleme de griefs au niveau national, qui n'ont pas ete geres comme souhaites par un certain nombre de forces politiques, et, d'un autre cote, au probleme d'insecurite pour des pays voisins comme le Rwanda et l'Ouganda, qui n'a pas ete pris en compte".

Un groupe des droits de l'homme condamne l'intervention

Un groupe zambien de defense des droits de l'homme, la 'Zambia Independance Monitoring Team', a condamne la decision de l'Angola, de la Namibie, de la Zambie et du Zimbabwe d'intervenir pour soutenir M. Kabila. Dans un communique publie aujourd'hui, le groupe a qualifie Kabila de "tyran", et a indique que l'intevention risquait de creer une guerre a part entiere englobant toute l'Afrique australe.

Les rebelles offrent de negocier

Les dirigeants rebelles ont offert hier de negocier avec le President Laurent-Desire Kabila, alors que des rapports de presse indiquent qu'ils auraient pris la ville de Mbanza Ngungu, a quelque 130 km de Kinshasa et la derniere ville importante en direction de la capitale. L'ancien ministre des affaires etrangeres de M. Kabila, Bizima Karaha, a fait savoir lors d'une conference de presse a Goma que le President "faisait partie du probleme, et que par consequent il pouvait faire partie de la solution". Ernest Wamba dia Wamba, President du Rassemblement congolais pour la democratie (RCD) a declare que les problemes du Congo etaient d'ordre politique "et que nous n'avons pas l'intention de les resoudre militairement".

Des analystes regionaux ont informe IRIN qu'ils pensaient que l'offre de pourparlers etaient une "tactique pour gagner du temps" des rebelles, suite a l'intervention militaire aux cotes de M. Kabila proposee par certains membres de la SADC.

Le Ministre congolais de l'information, Didier Mumengi, a dementi aujourd'hui que la ville Mbanza Ngungu etait tombee aux mains des rebelles precisant qu'ils etaient "en repli et en desarroi". Des renforts gouvernementaux auraient ete envoyes dans le sud-ouest. Il a ajoute que le gouvernement n'avait pas encore decide comment repondre a l'offre de pourparlers. L'electricite a ete aujourd'hui restauree a Kinshasa suite a une coupure de courant et d'apprivisonnement en eau de deux jours dans plusieurs quartiers de la ville, selon la presse.

Le conseiller de Kabila dement que le President a fui

Le conseiller en communication de Kabila, Dominique Sakumbi, a dementi les rumeurs de plus en plus nombreuses selon lesquelles le President s'etait enfui. Selon RFI, il a declare que le lieu ou se trouve M. Kabila ne pouvait etre divulgue, parce qu'il etait le commandant en chef des forces armees et par consequent en charge des operations. "Le President est dans le pays", a declare M. Sakumbi. "Il est en train d'organiser les combats, la contre-offensive".

Le gouverneur adjoint de la Banque centrale, interviewe hier au soir par la television officielle de la RDC, a dementi et qualifie "d'absolument fausses" les declarations selon lesquelles M. Kabila avait vole les reserves de la Banque centrale. A une question concernant la "surchauffe" du dollar sur les marches financiers, il a repondu que c'etait a cause des expatries qui quittaient la ville, et "dechargeaient leurs francs sur le marche pour acheter des dollars a n'importe quel taux".

La television congolaise a declare que les tirs, qui ont dure plusieurs heures a Kinshasa mardi soir, etaient causes par une tentative d'evasion de la prison de Makala. La situation est rentree dans l'ordre grace aux forces de securite, a rapporte la television.

Nairobi, vendredi 21 aout 1998

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.Pour plus d'information ou abonnement, veuillez contacter UN IRIN: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin@ocha.unon.org. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/, ou bien peuvent etre retrouves automatiquement par courrier electronique sous : archive@ocha.unon.org, Mailing liste: irin-cea-francais-bulletins]