DR Congo + 2 more

Bulletin quotidien d'information No. 863 pour la région des Grands Lacs

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - IRIN
Pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tél: +254 2 622147
Fax: + 254 2 622129
E-mail: irin@ocha.unon.org

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: Wamba évalue le nombre de morts à 4 000

Dans une interview accordée à IRIN, le chef de file de la faction rebelle, Ernest Wamba dia Wamba, a confié qu'à ce jour, 'environ 4 000 personnes' avaient été tuées lors des affrontements survenus en Ituri. Il a ajouté que la situation était maintenant 'plus ou moins calme en ce qui concerne les massacres'.

Grâce aux troupes ougandaises supplémentaires actuellement placées dans les villages lendus et hemas, les gens se sentaient encouragés à rentrer chez eux, a-t-il ajouté. M. Wamba, qui dirige le groupe rebelle, le Rassemblement congolais pour la démocratie - mouvement de libération (RCD-ML), a estimé que les autorités étaient 'un peu trop sûres d'elles'.

Il a attribué le conflit aux inégalités de l'accès à la terre, à une augmentation de la pauvreté et à une absence de structures d'état. On avait assisté à une escalade des massacres depuis juin dernier en raison de l'extrémisme animant les deux bords, a indiqué M. Wamba dia Wamba.

Selon lui, il 'a bon espoir' que la communauté internationale apportera une aide mais il estime qu'au moins 25 000 à 30 000 soldats de la paix seraient nécessaires au Congo pour être efficaces. Ne placer des casques bleus qu'aux frontières serait 'ridicule', a estimé M. Wamba dia Wamba - ajoutant que des troupes seraient nécessaires 'pour garantir la paix dans le reste du Congo'.

RDC: Des observateurs de la paix arrivent à Bunia

Trois observateurs de la paix sont arrivés à Bunia cette semaine pour effectuer une mission d'évaluation, ont indiqué des sources locales à IRIN.

A l'issue d'une réunion humanitaire d'environ 200 délégués internationaux et locaux vendredi dernier, il a été décidé que quelques agences onusiennes et des ONG réaliseraient des missions d'évaluation à Bunia cette semaine.

A l'occasion de cette réunion, des organisations humanitaires ont discuté des difficultés que rencontrent ces organismes à travailler dans la région, y compris des obstacles dressés par les extrémistes des deux bords du conflit. Des représentants des communautés Hema et Lendu sont encouragés à conclure des accords par écrit garantissant l'accès et le déroulement des opérations humanitaires.

RDC: Les déplacés par la violence en Ituri atteignent le chiffre de 150 000

On compte aujourd'hui 150 000 personnes déplacées par le conflit, ont déclaré les agents humanitaires dans la région. Un nombre important de déplacés se trouvant actuellement dans la Mission catholique de Drodro, occupant deux grandes églises et un collège, montrent des signes de souffrance après avoir séjourné dans des campements sans recevoir aucune aide depuis le début du conflit en juin dernier.

Le kwashiorkor et le marasme sont répandus chez les enfants et les adultes, et certaines personnes meurent de maladies diarrhéiques. Des maladies de peau, des cas de choléra et d'hépatite ont également été relevés. 35 personnes du groupe sont mortes du choléra et ont été enterrées dans des champs avoisinants.

Bien que le gouvernement ait garanti aux déplacés qu'ils peuvent rentrer chez eux en toute sécurité, on a continué de relever quelques cas particuliers d'attaques la semaine dernière lorsque les retournés hemas et lendus ont essayé de revenir sur leurs terres. Un Hema blessé gravement à la tête à coups de machette a été admis à l'hôpital de Bunia jeudi dernier après être retourné pour chercher de la nourriture dans ses champs à Bambumine. La semaine dernière, des informations non confirmées ont fait état de meurtres parmi les retournés lendus à Tshomia. Un Hema a été admis à l'hôpital de Drodro, blessé par flèches, à l'issue de nouvelles attaques survenues dans la région de Blukwa.

RDC: L'Ouganda explique sa présence en Ituri

Parallèlement, les autorités ougandaises ont donné des explications sur les mesures qu'elles ont prises pour mettre un terme au conflit ethnique secouant la province de l'Ituri. 'L'année dernière, nous avions recommandé qu'Adèle Lotshove, l'ancien gouverneur, soit démise de ses fonctions car elle était à l'origine des troubles. Cela ne nous gêne pas qu'elle rejoigne un autre groupe tant qu'elle reste en dehors de la région,' a fait savoir jeudi à IRIN le colonel Henry Tumukunde, chef des renseignements militaires et de la sécurité en Ouganda.

Un communiqué publié mercredi par le ministère ougandais de la défense a déclaré que des troupes ougandaises supplémentaires ont également été envoyées en Ituri pour renforcer la sécurité. Le document a expliqué que le but était de 'soutenir les forces de RCD ainsi que les troupes ougandaises en vue de restaurer l'ordre et la loi, désarmer les protagonistes et endiguer l'afflux d'armes.'

RDC: 230 000 déplacés supplémentaires

Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de la RDC s'est accru de quelque 230 000 personnes depuis décembre dernier, portant l'estimation totale du nombre de déplacés dans le pays à 1,12 million, d'après le dernier rapport mensuel du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) à Kinshasa.

Les principales raisons de cette augmentation sont les tensions interethniques dans l'Ituri en Province Orientale et la recrudescence des combats dans les provinces de l'Equateur et du Kasaï, a indiqué le rapport.

Si l'ampleur actuelle des tensions agitant le Sud-Kivu se maintient pendant un autre mois, la plupart des régions rurales de la province pourraient être désertées. Par ailleurs, l'afflux des réfugiés vers la Tanzanie pourrait, selon toute vraisemblance, augmenter de manière significative, a signalé le rapport, ajoutant qu'on avait également observé de nouvelles vagues de déplacements internes dans le Nord-Kivu. 'Les populations civiles sont délibérément ciblées et les déplacements arbitraires sont devenus un objectif immédiat, plutôt qu'une conséquence du conflit,' a indiqué le document.

RDC: Diminution de l'accès humanitaire

Entre-temps, l'accès aux populations touchées par la guerre et autres personnes vulnérables demeurant dans le pays a considérablement diminué au mois de janvier, des deux côtés du front de guerre, se traduisant par des répercussions importantes sur la capacité de la population humanitaire à venir en aide aux nécessiteux, a fait savoir le rapport d'OCHA. La réduction de l'accès était due à la montée de l'insécurité, à l'est de la RDC, et à un processus très 'bureaucratique' pour obtenir des permis de passage dans les régions contrôlées par le gouvernement, a indiqué le texte. La grande disparité existant entre les taux d'échange officiels et ceux réellement pratiqués avait également un impact sur les opérations humanitaires, contribuant au 'rétrécissement de l'espace humanitaire' à l'est et à l'ouest de la RDC, a ajouté le rapport.

RWANDA: Désignation de nouveaux chefs de sécurité

Le Rwanda a nommé de nouveaux chefs de sécurité et a créé une nouvelle force de police qui sera dirigée par l'ancien adjoint au chef d'état-major des forces armées. Il a aussi mis en place un conseil de sécurité pour coordonner le travail des organes de sécurité d'état. 'Ce sont de nouvelles nominations qui incluent les promotions et la création de nouveaux organes et de nouveaux postes,' a confié jeudi à IRIN Joseph Bideri, porte-parole du gouvernement rwandais.

La nouvelle force de police nationale sera dirigée par le colonel Frank Mugabagye, qui était l'ancien adjoint au chef d'état-major. Le secrétaire général du nouveau conseil de sécurité d'état est le chef d'état-major de la gendarmerie, le général de brigade Gastinze, son adjoint est le directeur de la sécurité extérieure, le lieutenant colonel Patrick Karegyeya

Nairobi, le 17 février 2000
[FIN]

[IRIN-CEA: Tél: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]