Bulletin hebdomadaire de la Maladie à virus Ebola n* 2 (MVE) dans le Nord Kivu et Ituri en République Démocratique du Congo (Semaine du 24 au 30 Septembre 2018)

Report
from Government of the Democratic Republic of the Congo
Published on 30 Sep 2018 View Original

La République Démocratique du Congo (RDC) a notifié une épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) le 1er août 2018 dans la province du Nord Kivu, située dans la partie Est du pays.

Le risque élevé d’extension de l’épidémie aussi bien au niveau national que régional reste prévisible avec le cas confirmé dans la ZS de Tchomia séparée de l’Ouganda par le Lac Albert. Ce cas est un contact connu de Beni qui s’est déplacé jusqu’à Tagba, une aire de santé de Tchoma.
Les incidents sécuritaires connus dans la ville de Beni ont ralenti les activités des équipes de surveillance (alerte, investigation et suivi des contacts) ainsi que les alertes communautaires des EDS pendant une semaine entière.

La ville de Beni demeure l’épicentre majeur de l’épidémie qui notifie la plupart des cas positifs dont certains sont sans lien direct évident avec les chaînes de transmission existantes à travers les décès communautaires. Cette situation reste inquiétante et nécessite l’application des stratégies d’intervention adaptées au contexte actuel de la ville de Beni qui affecte les autres villes notamment Butembo,
Komanda et Tchomia sont issus.

La ville de Beni est au carrefour de plusieurs autres villes de la province du Nord Kivu, des provinces voisines et pays frontaliers.
Au total, 159 cas de maladie à virus Ebola ont été enregistrés depuis le début de l’épidémie (127 cas confirmés et 32 cas probables), dont 104 décès (72 confirmés et 32 probables) ; La proportion de contacts suivis à ce jour est de 90% (1172/1307).

La maîtrise de l’évolution actuelle de l’épidémie de la MVE passerait par le focus des interventions sur Beni : (i) le renforcement et l’opérationnalité du système d’alerte précoce à base communautaire à travers les réseaux communautaires identifiés(relais communautaires, chefs de rue, villages, coutumiers) ; (ii) la décision administrative pour l’investigation de tout décès communautaire avant enterrement ; (ii) la recherche active de cas dans la communauté et toutes les structures y compris chez les tradi- modernes, (iv) la vaccination de tous contacts autour de cas confirmés et probables dans les 48 heures, (v) l’opérationnalité du plan de communication comprenant la communication de masse, l’engagement communautaire et les gestions de crise, (vi) l’accélération de la dotation de kits PCI dans les 3 aires de santé prioritaire et (vii) l’augmentation des effectifs des superviseurs et prestataires pour couvrir les différents quartiers avec la mise en place des équipe de réponse rapide .