DR Congo

Bulletin d'information humanitaire - Province Orientale, 09 août 2011

Attachments

Faits saillants

  • Des habitants du groupement de Kpachu ont fui leur village à cause d’un conflit foncier.

  • Des déplacés subissent des tracasseries pour accéder à l’assistance humanitaire.

  • L’Institut Pasteur de Paris confirme la fièvre de Lassa à Dungu.

Contexte général

  • Un calme relatif a prévalu cette semaine dans la province. En revanche, la problématique des conflits fonciers devient de plus en plus inquiétante dans le District de l’Ituri. L’on craint que cela puisse dégénérer et ramener l’Ituri à la triste célèbre époque de la guerre inter communautaire des années 2000, ayant causé de nombreuses pertes en vies humaines et des déplacements de population.

Protection des civils

  • Selon Oxfam-Québec, des populations retournées hema de la localité de Kpachu (Territoire de Djugu, District de l’Ituri) auraient déserté leur village, depuis le samedi 06 août, à la suite d’une attaque d’un groupe d’éléments de la communauté lendu du groupement Gobi. Cet incident aurait provoqué un déplacement de Kpachu vers Largu et Blukwa (60 et 70 km au nord de Bunia). Oxfam-Québec ne dispose pas encore de statistiques de ces personnes récemment déplacées. Par ailleurs, d’après des informations en sa possession, il y aurait quatre blessés. D’autre part, des assaillants auraient systématiquement pillé Kpachu et détruit ce quils n’ont pas pu emporter. Consécutivement à ce nouveau conflit foncier, les populations des autres localités (constituées de Hema) de la région vivraient dans langoisse, craignant une éventuelle attaque dans leurs localités, surtout du fait que leurs voisins lendu commenceraient à proférer des menaces à leur égard.

  • Solidarités/RRMP a remarqué la présence de noms des autochtones sur la liste de déplacés présents sur l’axe Bwanasura - Luna (sud du territoire d’Irumu, District de l’Ituri). En outre, certains déplacés récents ne figurent pas sur ladite liste faute de payer 200 francs congolais auprès du Comité des déplacés. A ce sujet, le comité de pilotage de RRMP a recommandé à Solidarités/RRMP de sensibiliser des chefs coutumiers sur la gratuite de l’assistance et le ciblage des gens à assister, d’appuyer la mise en place de comité de déplacé composé d’IDPs.

  • Selon d’autres sources humanitaires, les autorités locales voire militaires soumettent des déplacés aux travaux forcés à Bwanasura. Le déplacement de ces populations du Nord-Kivu au sud de l’Irumu (en Ituri) est consécutif aux affrontements observés présentement entre les troupes gouvernementales et les rebelles ougandais (ADF/NALU).

  • Une source humanitaire a informé qu’un groupe de commandos, opérant dans la zone de Faradje (Territoire de Faradje, District du Haut-Uele), a interdit aux villageois de se rendre à Lalibe (10 km nord de Faradje) pour des travaux champêtres. Les contrevenants à cette décision seront pris pour cibles.

  • La population civile de Yakoko (en Territoire d’Opala, District de la Tshopo) a été victime de pillages, d’extorsions et d’autres formes d’exactions perpétrées par les militaires.

  • Une source humanitaire a rapporté des cas de menaces enregistrés à l’endroit de la population de Faradje centre, Djabir et Nagero par le commando spécial (FARDC) depuis leur arrivée à Faradje. Au niveau du site des déplacés de Gbere, il y a eu la dévastation des champs de maïs. L’on on a signalé des injures proférées aux femmes qui partaient puiser de l’eau et deux cas de viols (IDPs célibataires) en date du 30 juillet vers 22 heures. En outre, les militaires auraient rossé un gardien d’une ONGI humanitaire vers le pont de Dungu.

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.