DR Congo

Bulletin d'information : Axe Katchungu-Byangama Territoire de Shabunda, Sud-Kivu Juillet, 2015

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Contexte et méthodologie

Le territoire de Shabunda est l’hôte de divers conflits armés et exactions depuis plus de dix ans, notamment en raison de la présence de divers groupes de Raïa Mutomboki (RM). La population y habitant est fréquemment contrainte à se déplacer, souvent sans préavis, afin de trouver refuge dans des endroits momentanément plus sûrs.

Comprenant 17 villages, l’axe Katchungu-Byangama est situé dans les zones de santé de Lulingu et Mulungu, et est composé de quatre aires de santé, soit celles de Katchungu, Bubala, Lumba et Byangama. À l’instar d’autres axes, il est le théâtre de divers mouvements de populations depuis plusieurs années, certains d’entre eux étayés à l’intérieur d’un bulletin d’information publié par ACTED en août 2014. En février et mars 2015, l’axe a été témoin de mouvements de retours massifs provenant de l’axe Tchonka-Lulingu, où plusieurs milliers de ménages originaires de l’axe Katchungu- Byangama s’étaient initialement déplacés.1 Entre le 11 mai et le 26 juin 2015, le mouvement s’est en quelque sorte inversé ; l’axe Katchungu-Byangama a accueilli des ménages de l’axe Tchonka-Lulingu (ainsi que de Milenda et Tchampundu) suite à des affrontements entre les RM (notamment les groupes Kazimoto, Cheka, Charlequin, Dona).

En réaction à ces mouvements, ACTED, soutenu par ECHO, a lancé une évaluation multisectorielle du 26 juin au 1er juillet 2015. Quinze villages de l’axe ont été visités (voir carte en annexe).2 Un questionnaire ménage a été administré à un échantillon de 104 ménages (40% déplacés, 53% retournés, 7% autochtones) sélectionnés aléatoirement (et en fonction du poids démographique du village) au sein de neuf villages de l’axe, et des informations multisectorielles ont été collectées via des groupes de discussion et des entretiens.