DR Congo

Appel des organisations de la societe civile congolaise pour un cessez-le-feu global en republique democratique du congo dans le contexte de reponse contre la pandemie de coronavirus

Source
Posted
Originally published

Attachments

«Mettez fin à la maladie de la guerre et combattez la maladie qui ravage notre monde.» —Antonio Guterres

Kinshasa, le 5 Mai 2020

Depuis le 10 mars dernier, le ministère de la Santé de la République Démocratique du Congo a annoncé un premier cas du covid-19 à Kinshasa avant que 6 autres provinces n'enregistrent des cas positifs au nouveau coronavirus dont 3 provinces déjà confronter les conflits et la maladie a virus Ebola.

Le 23 mars, le Secrétaire Général de l'ONU lançait un appel à un cessez-le-feu global alors que la pandémie de Coronavirus affecte plusieurs pays à travers la planète. Le but de l'appel est que les parties en guerre cessent les hostilités, pour « aider à créer des couloirs d'aide vitale » mais aussi pour « ouvrir de précieuses fenêtres pour la diplomatie. La RDC est parmi les pays dont les conflits armés continuent à chasser plusieurs personnes dans leurs villages et les contraindre de vivre dans des sites d'infortune ou dans des familles d'accueil dans des conditions ignobles (plus de 5 millions de personnes déplacées internes et 15,6 millions, le nombre de personnes dans les besoins.

139 organisations de la société civile congolaise appellent à un cessez le feu global sur toute l'étendue de la République Démocratique du Congo qui actuellement fait face à la lutte contre le nouveau coronavirus et la maladie a virus Ebola dans les zones stables comme Kinshasa mais aussi dans les provinces en conflits comme celle de l'Ituri, Nord Kivu et Sud Kivu.

« Sur le terrain, la réponse contre cette pandémie pourra faire face à plusieurs défis notamment d'ordre technique, financier et sécuritaire comme ce fut le cas avec la riposte contre la Maladie à Virus Ebola. La situation risque d'être plus grave dans les provinces déclarées fragiles à cause des conflits armés et des tensions ethniques. C'est le cas des provinces de l'Ituri, du Nord et du Sud-Kivu qui ont des cas confirmés de COVID-19 », ont déclaré les Organisations de la Société civile congolaise.

Les activités des groupes armés dans certaines zones de ces provinces risquent de préjudicier l'efficacité de la réponse contre cette pandémie en empêchant l'accès aux équipes de réponse, aux acteurs humanitaires et les moyens de la réponse aux populations au sein de la communauté locale. La RDC demeure confrontée à une crise humanitaire aiguë à cause des conflits et de l'insécurité qui touchent certaines provinces. La crise de COVID-19 vient s'ajouter aux crises humanitaires et sécuritaires déjà préoccupantes, ajoutent les Organisations de la Société Civile Congolaise.

Les conflits armés, les tensions ethniques dans certaines provinces de l'Est du pays, la crise humanitaire due à l'insécurité et à la pauvreté et l'instabilité économique continuent sans cesse à fragiliser l'Etat. La gestion de ces crises semble tellement complexe pour le gouvernement et les acteurs humanitaires qu'elle aura de l'impact sur l'efficacité de la réponse contre la pandémie de Coronavirus à travers le pays.

Un cessez-le-feu global est primordial pendant la période de la pandémie de Coronavirus pour rendre facile la tâche des équipes de la riposte et faciliter l'accès à l'aide et à la réponse humanitaire aux personnes vulnérables. Les conflits constituent un facteur de contamination en masse et de propagation de la pandémie étant donné qu'ils provoquent un afflux de populations. La coopération et l'engagement des belligérants pour un cessez-le- feu global sont les seuls moyens de stopper ce flux de population et de contrôler leurs mouvements pendant la réponse contre la pandémie de Coronavirus, ont déclaré 139 Organisations de la Société Civile Congolaise.

Le cessez-le-feu doit être proclamé et respecté dans l'immédiat par les belligérants. Il devra permettre également de construire un pont vers une paix durable dans les provinces touchées par des conflits récurrents, ajoutent les Organisations de la Société Civile Congolaise

Notes aux chefs de redaction :

Pour faciliter un cessez-le-feu global sur l'ensemble du territoire national, les Organisations de la Société Civile formulent les recommandations suivantes:

Au Président de la République Démocratique du Congo :

  • De décréter conformément à ses prérogatives constitutionnelles et régaliennes, un cessez-le-feu immédiat sur l'ensemble du territoire national en vue de permettre le déploiement des équipes de riposte pour contrôler la propagation de la pandémie et de mettre en place des mesures de prévention et de protection des populations.

  • D'instruire le gouvernement de la République de prendre toutes les dispositions pour assurer l'application effective de toutes les mesures accompagnant un cessez-le-feu global sur le terrain et d'engager un dialogue avec les groupes armés locaux pour leur désarmement, démobilisation et réinsertion pour le retour d'une paix effective et durable sur l'ensemble du territoire national.

  • De réaffecter les ressources matérielles et financières allouées pour l'effort de guerre en vue renforcer et financer le plan national de riposte contre le COVID-19 et le Fonds National de Solidarité contre le Covid-19.

  • De mettre en place des mesures pertinentes des facilités à accorder aux couches des personnes vulnérables notamment les survivants des violences sexuelles basées sur le genre, les enfants, les femmes, les personnes handicapées, les vieillards et d'autres vulnérables afin d'accéder aux services sociaux de base et à l'information.

Aux groupes armés locaux :

  • De se soumettre à un cessez-le-feu immédiat et d'accepter les conditions du gouvernement pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion de tous les combattants et de leurs dépendants en vue de faciliter la tâche aux autorités, à l'équipe de la riposte et aux acteurs humanitaires pour répondre à la pandémie de COVID-19 en République Démocratique du Congo.

Aux groupes armés étrangers

  • De déposer les armes et de s'inscrire dans le processus de désarmement, de démobilisation, de rapatriement et réintégration dans leurs pays d'origine afin de faciliter la mise en place d'un cessez-le-feu global sur l'ensemble du territoire national de la RDC dans le contexte de la réponse contre la pandémie de Coronavirus.

A la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC (MONUSCO) :

Conformément à l'appel de Son Excellence Antonio Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies, relatif à un cessez-le-feu global :

  • D'appuyer le gouvernement dans ses efforts visant à faciliter la mise en place d'un cessez-le-feu global sur l'ensemble du territoire national pendant la réponse contre la pandémie de Coronavirus, notamment en sensibilisant les groupes armés locaux et étrangers sur la gravité de la situation à cause du CODIV-19 et sur la nécessité de coopérer pour permettre un cessez-le-feu global en vue de faciliter le travail de l'équipe de la réponse et l'accès des acteurs humanitaires.

  • D'accompagner le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des combattants des groupes armés locaux ainsi que le rapatriement et la réintégration des groupes armés étrangers en vue de faciliter le retour effectif de la paix sur l'ensemble du territoire national dans le contexte de la lutte contre la pandémie de Coronavirus.

  • De faire le suivi de la mise en œuvre des indicateurs de l'accord cadre d'Addis Abeba pour garantir la paix durable dans la sous-Région des Grands Lacs et décourager les actions de belligérants, aussi réduire les déplacements des populations qui cause de propagation du virus, ce qui rend difficile le travail des équipes de ripostes.

Appuyer l'accès aux services et la prise en charge des survivants des violences en temps de conflit pendant la réponse contre le COVID-19.