DR Congo

Analyse de protection – provinces de l’Ituri & du Nord Kivu : focus sur 3 facteurs de dégradation de la situation humanitaire et de protection (novembre – décembre 2021)

Attachments

La situation sécuritaire et humanitaire à l’Est de la RDC reste critique et est marquée par la présence et l’activisme des groupes armés depuis plusieurs années. Pour répondre à ces défis persistants, les provinces de l’Ituri et du Nord Kivu ont été placées sous le régime de l’état de siège depuis le 06 mai 2021, celui-ci ayant été prorogé pour la 14ème fois le 19 décembre 2021.

Malgré les efforts des autorités et des forces de défense et de sécurité congolaises (FARDC et PNC) avec l’appui multiforme de la MONUSCO, la région est toujours caractérisée par la persistance et parfois l’exacerbation des tensions et conflits intercommunautaires, avec comme corollaire la composition des nombreux groupes armés et milices qui présentent une proximité sociologique avec telle ou telle autre communauté ethnique. Motivés également par le contrôle des ressources et des territoires, ces groupes armés multiplient les attaques contre les positions des forces de défense et de sécurité, ainsi que les incursions dans les villages, accompagnées d’exactions contre les populations civiles qui y résident. Ces attaques et les nombreuses violations graves des droits humains et du droit international humanitaire sont à l’origine de déplacements massifs de populations à l’intérieur mais aussi vers les pays limitrophes. Les deux provinces constituent aussi une zone très difficile d’accès pour les humanitaires, ce qui handicape non seulement l’acheminement de l’aide humanitaire, mais aussi l’évaluations des besoins ainsi que l’appréciation de la situation de protection car la documentation des incidents à travers le monitoring de protection est davantage compliquée.

Depuis le début du mois de novembre 2021, cette situation de protection déjà très précaire, préoccupante et semi-endémique a été aggravée par l’apparition de nouveaux facteurs et menaces, particulièrement dans les deux provinces précitées (Ituri et Nord Kivu), à savoir :

  • La violation du caractère civil et humanitaire des sites et zones de regroupement des personnes déplacées, notamment les attaques contre les sites.

  • La résurgence du groupe armé M23 (ou branche du M23) qui a un impact sur la dynamique intercommunautaire et dont les effets peuvent transcender les frontières nationales.

  • Le lancement des opérations conjointes entre l’armée congolaise (FARDC) et l’armée ougandaise (UPDF) contre le groupe ADF et dont un des premiers effets a été la dispersion des éléments ADF vers les villages périphériques de la zone d’opérations, où ils multiplient attaques et exactions contre les civils.

La présente analyse est spécialement consacrée à ces facteurs et à leurs impacts spécifiques sur la situation de protection dans les 2 provinces (Nord Kivu et Ituri). Elle a pour but d’attirer l’attention des différents acteurs sur ces facteurs - qui sont porteurs de nouvelles menaces, ou dont les risques connaissent un regain d’ampleur-, pour que des mesures soient envisagées afin de réduire les risques en matière de protection à travers la prévention et les actions de mitigation et de réponse.