Afrique de l’ouest et du centre: Aperçu humanitaire hebdomadair (12 – 18 novembre)

Infographic
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 19 Nov 2019

CAMEROUN

LES ATTAQUES CONTRE LES ÉCOLES PERSISTENT DANS LES RÉGIONS DE L’OUEST

Le 9 novembre, un groupe d'hommes armés a enlevé dix étudiants d’une université à Bambili, dans la région du Nord-Ouest, contre rançon, et tué l'un d'eux. Le 7 novembre, des hommes armés non identifiés ont enlevé un professeur de l'Université de Bamenda, également dans la région du Nord-Ouest. Le 6 novembre, un groupe d'hommes armés a attaqué un lycée public à Buea, dans la région du sud-ouest, mais les forces de sécurité sont intervenues, sans faire de victimes.

TCHAD

PLUS DE 200 000 PERSONNES TOUCHÉES PAR LES INONDATIONS

De fortes pluies ont provoqué des inondations dans plusieurs provinces du Tchad, touchant plus de 211 000 personnes, dont quelque 80 600 dans la province du Mayo-Kebbi Est, au sud-ouest du pays. Des dégâts considérables ont été causés aux maisons et aux biens, entrainant également des pertes en vies humaines. La province du Mayo-Kebbi Est, frontalière au Cameroun, est déjà confrontée à une épidémie de choléra. Les autorités et les organisations humanitaires procèdent actuellement à des évaluations pour déterminer l'ampleur des besoins. La nourriture, l'eau, les abris, l'assainissement et les articles ménagers comptent parmi les besoins prioritaires des personnes affectées.

RD CONGO

PLUS DE 143 000 CONGOLAIS RENTRENT DE L'ANGOLA

Les autorités rapportent que plus de 143 000 congolais ont été expulsés ou sont rentrés volontairement d'Angola en RDC depuis janvier. Au total, 363 000 personnes sont retournées depuis le début des premiers mouvements en octobre 2018. Le 23 août, le HCR et les Gouvernements angolais et congolais ont signé un accord tripartite sur les retours volontaires.

18 000 PERSONNES DÉPLACÉES SUITE AUX INONDATIONS EN ITURI

Depuis la fin du mois d'octobre, de fortes pluies ont provoqué des inondations dans le territoire d'Isangi, dans la province de l’Ituri, à l’est, touchant 45 villages et contraignant 18 000 personnes à fuir les zones inondées. Aucune réponse humanitaire n'a encore été apportée et les personnes touchées ont un besoin urgent d'abris, d'articles ménagers, d'eau et de soins de santé.

NIGER

L'INSÉCURITÉ PERSISTE DANS LA RÉGION DE TILLABÉRI

Le 11 novembre, un chef traditionnel a été enlevé et tué par des assaillants armés dans le village de Boni Kado, dans la région occidentale de Tillabéri. Les hommes armés non identifiés ont également ordonné à la population de quitter leur village. Depuis avril 2019, au moins trois chefs traditionnels et quatre chefs touaregs ont été tués dans la région. Le 10 novembre, un véhicule privé a été volé à Deykoukou. Les vols de voitures sont devenus une tendance dans la région et compromettent l'accès humanitaire. Depuis mai 2019, 17 véhicules ont été volés par des groupes armés, dont huit appartiennent à des organisations humanitaires.

NIGERIA

100 000 PERSONNES BLOQUÉES À CAUSE DES INONDATIONS À RANN

Près de 100 000 personnes déplacées dans la ville de Rann, dans l'État de Borno, auraient peu ou pas d’accès à la nourriture à la suite des graves inondations du fleuve Kaalia au Cameroun voisin. Les inondations ont endommagé environ 4 000 hectares de terres agricoles, principale source de nourriture pour les communautés déplacées de Rann. L'accès aux zones touchées reste difficile, mais les acteurs humanitaires mobilisent des ressources pour atteindre les populations affectées.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.