DR Congo

1 an de réponse à la COVID-19 : comment l’OMS a soutenu la République Démocratique du Congo, 2ème édition spéciale

Format
Evaluation and Lessons Learned
Source
Posted
Originally published

Attachments

Chiffres clés

Coordination

  • 61 experts de l’OMS déployés en appui aux acteurs du Ministère de la santé.

Surveillance

  • Recherche active des cas suspects avec utilisation des TDR-Ag dans 5 provinces les plus touchées.

  • Digitalisation des alertes et investigations avec le système EWARS dans 5 zones de santé de Kinshasa.

  • 2 000 prestataires formés sur les différents aspects de la surveillance.

Prise en charge médicale

  • Dépistage et prise en charge des comorbidités (hypertension et diabète) dans 10 sites à Kinshasa.

  • Donation en intrants de prise en charge de cas de COVID-19 y compris 208 concentrateurs et 155 bonbonnes d’oxygènes.

Logistique

  • Mise à la disposition des équipes de la riposte des matériels et intrants d’une valeur de 9 989 264 dollars USD.

  • Acquisition de 177 motos et 13 véhicules dont 2 ambulances pour la riposte.

Vaccination

  • 1 716 000 doses du vaccin Astra Zeneca réceptionnées dans le cadre de l’initiative COVAX.

Laboratoire

  • Décentralisation du diagnostic de la COVID-19 dans 27 laboratoires dont 11 à Kinshasa et 16 dans les autres provinces.

  • 4 laboratoires provinciaux réhabilités et équipés (Tshopo, Equateur, Nord-Ubangi, Kasaï central).

Prévention et contrôle de l’infection

  • Donation des matériels et intrants PCI dans 269 formations sanitaires prioritaires.

  • Construction des ouvrages PCI/Wash : 9 unités de triage, 13 incinérateurs de type Montfort et 12 blocs de 6 latrines et douches.

Communication des risques et engagement communautaire

  • 5 018 relais communautaires et 315 superviseurs de proximité formés.

Introduction

La RDC est l’un des pays les plus vastes en Afrique avec ses 2 345 409 Km² et qui compte plus de 92 millions d’habitants (source : Institut National de Statistique en RDC), partageant ses 9 000 Km de frontière avec 9 pays limitrophes. Le pays a connu durant la dernière décennie, la survenue de plusieurs flambées épidémiques notamment le choléra, la maladie à virus Ebola (MVE), la fièvre jaune, la poliomyélite et la rougeole. Depuis 1976, la RDC a enregistré 12 épidémies de MVE. Débutée en août 2018, et déclarée terminée le 25 juin 2020, la 10ème épidémie de la MVE a été la plus longue, la plus complexe et la plus meurtrière, avec un bilan de 3 317 cas confirmés, 146 cas probables et 2 277 décès enregistrés dans 3 provinces (Nord Kivu, Sud Kivu et Ituri). La RDC fait face depuis le 7 février 2021 à une nouvelle épidémie de MVE dans la province du Nord Kivu.

L’OMS a été alertée, en décembre 2019, de plusieurs cas de pneumonie dans la ville de Wuhan, province de Hubei en République de Chine. Un nouveau coronavirus nommé coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) a été identifié dans ce pays, responsable d’une maladie nommée maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) par l’OMS. Devant la gravité de la situation et sur la base du conseil du comité d’urgence du RSI (2005), le Directeur Général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré, le 30 janvier 2020, cette épidémie comme « une urgence de santé publique de portée internationale » (USPPI). La situation mondiale de la COVID-19 a été qualifiée, par l’OMS, de pandémie depuis le 11 mars 2020.

L’Afrique a rapporté son premier cas confirmé de COVID-19 en Égypte le 14 février 2020. L’OMS a ainsi recommandé aux différents pays de renforcer les activités de préparation et de réponse face à la circulation du virus de SARS-CoV2. C’est ainsi que le Ministère de la santé de la RDC, avec l’appui de l’OMS et d’autres partenaires, a renforcé, dès le début du mois de février 2020, la préparation du pays afin de faire face à une éventuelle importation des cas de COVID-19. Un grand nombre d’experts de l’OMS, qui étaient en appui à la réponse de la 10ème épidémie de la MVE dans la province du Nord-Kivu, a été redéployé à Kinshasa pour apporter un appui technique au renforcement des capacités du pays à répondre efficacement à cette pandémie.

Malgré les mesures de prévention mises en place, la RDC, se trouvant en situation de fragilité due au flux important des échanges avec les pays affectés, principalement l’Europe et la Chine, n’a malheureusement pas pu échapper à l’importation des cas de COVID-19. Le pays a notifié, le 10 mars 2020, son premier cas de COVID-19 chez un congolais en provenance de la France.

Après la déclaration officielle de l’épidémie de COVID-19 en RDC par le Ministre de la santé le 10 mars 2020, une structure de coordination de la riposte a été mise en place par le gouvernement avec l’appui des partenaires dont l’OMS. Un plan national de réponse a été élaboré avec comme objectif d’assurer une réponse efficace dans les provinces touchées et une préparation opérationnelle dans les provinces non encore affectées. La mise en œuvre de ce plan prend en compte les principaux piliers tels que la coordination, la surveillance épidémiologique, le contrôle sanitaire aux points d’entrée, la prise en charge médicale des cas, le laboratoire, la prévention et contrôle de l’infection, la logistique, la communication des risques et engagement communautaire.

Une année après la déclaration de l’épidémie en RDC, la situation de la maladie à coronavirus (COVID-19) au 10 mars 2021 faisait état de 26 756 cas confirmés et 1 cas probable parmi lesquels 22 432 guéris (83,8%), 713 décès (2,7%), avec 3 612 cas actifs (13,5%).

Le présent rapport résume les grands axes de l’appui technique et financier que l’OMS a apporté au Ministère de la santé et à la coordination nationale de la riposte durant une année de lutte contre la COVID-19. Cet appui a été possible grâce au soutien des principaux partenaires de l’OMS (la Commission Européenne de l’Aide Humanitaire et Protection Civile, Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, Banque Africaine de Développement, Banque Mondiale, Fondation Bill & Melinda Gates, Fonds humanitaires, King Baudoin Foundation Unitnemeed States, le Gouvernement Allemand et le Gouvernement Chinois).