Republic du Congo: Mission conjointe d'évaluation de la situation humanitaire des populations deplacees du pool dans les zones difficiles d’acces - Rapport final (Octobre 2017)

1 Résumé de la situation et principales recommandations

1.1 Situation sécuritaire calme dans son ensemble

  • La récente rencontre entre le chef de l’Etat et les sages du département du Pool est unanimement saluée et perçue comme un signe d’espoir pour le retour à la paix définitive dans la région ;

  • Selon les informations collectées, plusieurs miliciens « Ninjas » auraient l’intention de saisir cette occasion pour sortir de leurs refuges ;

  • Une accalmie relative est notée et une amorce de retour quand bien même timide des déplacés dans certains villages d’origine a été constatée (cas de Missafou et de Kinkembo dans le district de Mindouli) ;

  • Il est également clairement apparu que cette situation d’instabilité qui se prolonge commence par exaspérer la population – « tout le monde veut la paix » telle est la substance des messages ;

  • La mission a également pu noter que certaines populations ont développé une forte résilience par rapport à la situation (cas du village de Ngongo dans le district de Mindouli par exemple où les populations sont restées sur place malgré la proximité avec les zones d’opération) ;

  • Certains villages présentent « un visage de bois mort » selon l’expression locale c’est-à-dire vidés de ses habitants (cas de Loulombo et de Kinbedi par exemple) ;

  • La mission a particulièrement été marquée par la situation de Mayama. Malgré la situation sécuritaire tendue, grâce à la détermination des autorités locales, la vie s’organise et les enfants continuent de fréquenter l’école au niveau primaire.

1.1.1 Recommandations

  • Accélérer le processus de démobilisation-désarmement-réinsertion ;

  • Assurer la sécurité des personnes et des biens dans les zones de retour ;

  • Faciliter l’accès humanitaire dans les zones non encore accessibles ;

  • Faire des évaluations complémentaires dans les zones jusqu’à présent non évaluées (Districts de Goma- tsétsé, Kimba, Kindamba et Vindza) ;

  • Les autorités locales doivent s’impliquer davantage dans la coordination de l’assistance humanitaire.