RDC : Les opérations du HCR expliquées à la presse

Report
from Le Potentiel
Published on 07 Mar 2008
Par Louis-Paul Eyenga Sana

Que fait et compte réaliser le HCR en 2008 en faveur des réfugiés et déplacés internes congolais ? Un état des lieux a été présenté hier au cours d'un déjeuner de presse par Mme Francesca Fontanini, chargée des relations extérieures du HCR et son assistant, M Simon Englebert Lubuku.

Ils ont circonscrit leur exposé sur le retour et la réintégration des réfugiés congolais et sur le déplacés internes ainsi que leur protection. Avec un montant de 40 millions de dollars Us des donateurs, le HCR est prêt à faire face à ses obligations de rapatriement des réfugiés et aux opérations d'urgence et au retour des déplacés internes en RDC. Cette agence spécialisée des Nations unies travaille en étroite collaboration avec la Commission nationale pour les réfugiés, une structure administrative du ministère de l'Intérieur, Décentralisation et Sécurité.

Du premier janvier au 5 mars 2008, le HCR a facilité le retour des réfugiés congolais de trois d'asile, notamment la république du Congo, la Tanzanie et la Zambie. Depuis 2004, 152.251 réfugiés congolais sont rentrés en RDC. En 2007, plus de 55.000 Congolais ont été rapatriés. Depuis janvier 2008, au moins 3.450 réfugiés ont regagné le pays, notamment à l'Equateur avec 38.875 à Buburu, en provenance du Congo-Brazzaville et 573 pour le Sud-Kivu, en provenance de la Tanzanie.

Les candidats au retour volontaire bénéficient du transport jusqu'à leurs zones d'origine, reçoivent un kit ou paquet de retour pour une période initiale de 3 mois et les articles non alimentaires.

Le HCR pilote, avec le PNUD le « cluster » de réintégration et de relance communautaire

Selon ces fonctionnaires du HCR, d'autres fronts restent encore inactifs ; notamment le Burundi, le Rwanda et l'Ouganda, pays avec lesquels les accords tripartites n'ont pas encore été signés.

LA PROTECTION DES DEPLACES INTERNES

Outre les réfugiés, le HCR s'occupe des déplacés internes qui se chiffrent à 1.317.879 personnes, principalement dans les provinces de l'Est. Au Nord-Kivu où vivent plus de 800.000 déplacés, le HCR gère 4 sites (Mugunga I et II, Bulengo et Buhimba. Au Sud-Kivu, il y a 266.140 déplacés internes, en Ituri, on dénombre 152.369 déplacés et 31.348 au Katanga.

Mme Francesca Fontanini a dit que le HCR et la Monuc qui ont été désignés, par l'équipe des Nations unies et le coordinateur humanitaire co-leaders du « protection Cluster », ont établi un système de monitoring de terrain dans le district de l'Ituri, les provinces du Nord, du Sud-Kivu et du Katanga. Les équipes de monitoring de terrain composées de spécialistes de protection -HCR et ONG partenaires- identifient les problèmes auxquels font face les populations déplacées et négocient les solutions avec les autorités compétentes, les militaires et les communautés locales.

Enfin, le HCR vient en appui aux opérations d'urgence et au retour des réfugiés par la distribution des vêtements et l'amélioration de leur sécurité physique en coordination avec les autorités militaires. Lorsque les déplacés décident de rentrer et que la situation dans leurs zones d'origine le permette, a fait remarquer Mme Francesca Fontanini, le HCR fournit aux déplacés identifiés comme aux plus vulnérables un paquet individuel d'assistance et des kits de construction d'abri. Les principales zones de retour pour les déplacés internes sont le deux Kivu, l'Ituri et le Katanga. A signaler que pareilles rencontres sont, désormais, programmés au HCR, chaque dimanche.