Congo

Rapport d'atelier - Échanges et apprentissages sur l’amélioration de la chaîne de valeur du manioc au Congo

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RÉSUMÉ

Organisé en présentiel et en visioconférence, l’atelier de capitalisation des 16 et 17 décembre 2020 au Congo constitue une étape importante qui a permis de faire le bilan des échanges et transferts de savoir-faire et de technologies innovantes en matière de transformation et d’amélioration des chaines de valeur du manioc entamés depuis 2019. Cet atelier conjointement organisé par le gouvernement de la République du Congo et le Programme Alimentaire Mondial avec l’appui des Centres d’Excellence du PAM en Côte d’Ivoire et en Chine a vu la participation de plusieurs experts de haut niveau venant de différents pays d’Afrique ainsi que d’Asie (la République populaire de Chine) et de l’Amérique du Sud (le Brésil). Il fut donc un cadre idéal pour partager les résultats de cette assistance technique fournie aux artisans et petits producteurs congolais en matière de fabrication d’équipements innovants et de transformation du manioc en produits dérivés de haute qualité dont le gari et l’attiéké ainsi que la farine panifiable. Ces assises ont permis aux experts et conférenciers internationaux, notamment des pays producteurs de manioc et détenant de technologies innovantes et bonnes pratiques en matière d’amélioration des chaines de valeur et d’alimentation scolaire, tels que le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin, le Kenya, le Sénégal mais aussi la Chine et le Brésil, de partager leurs riches expériences avec les acteurs congolais.

En effet, la collaboration entre la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Congo facilitée par le CERFAM dans le cadre de la Coopération Sud Sud et Triangulaire et renforcée par la République populaire de Chine à travers le Ministère de l’Agriculture et des Affaires Rurales (MARA) et ses partenaires techniques dont l’Académie chinoise des sciences agricoles tropicales (CATAS) entre novembre 2019 et mars 2020 a permis de former les artisans et petits producteurs congolais. Ce renforcement de capacités, avec un point de mire sur la fabrication d’équipements innovants et la transformation du manioc en produits dérivés de haute qualité, visait non seulement l’amélioration de cette chaine de valeur, principale denrée alimentaire des congolais mais aussi faciliter leur accès aux marchés notamment à travers les achats locaux du PAM pour soutenir le programme d’alimentation scolaire et d’autres opérations éventuellement, renforcer les systèmes alimentaires durables et relever l’économie locale. Ainsi le lien commercial établi entre les chaines de valeur agricole et le programme d’alimentation scolaire basée sur la production locale (HGSF) constitue un point d’entrée clé, tout comme la participation des producteurs à la phase préparatoire d’une initiative d’envergure industrielle de la chaîne de valeur du manioc en perspective au Congo.

Au-delà des mots de bienvenue et d’ouverture des représentants du PAM, du CERFAM et du gouvernement, l’atelier a bénéficié de deux importantes communications de haut niveau pour rappeler la pertinence indiscutable du thème de ces assises. Ces communications ont été respectivement faites par le Conseiller principal en Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle du Département de l’Economie Rurale et de l’Agriculture de la Commission de l’Union Africaine et le Directeur Adjoint de l’Académie des Sciences Agricoles Tropicales (CATAS) de Chine qui s’est également exprimé au nom du Centre d’Excellence de la Chine (CoE).

Enfin, les deux jours durant, six sessions ont permis aux experts, panelistes et participants d’échanger, d’interagir et de partager, non seulement les résultats de l’appui apporté au Congo par la Côte d‘Ivoire, le Bénin et la Chine dans le cadre de la Coopération Sud Sud et Triangulaire, les bonnes pratiques et nouvelles technologies en matière de transformation et d’amélioration des chaines de valeur mais également d’établir un lien fort avec le programme d’alimentation scolaire basée sur la production locale (HGSF), ce qui devrait permettre à terme de renforcer l’autonomisation des femmes, des petits producteurs et de relever l’économie locale en général. Dans cette optique, les échanges, majoritaires dans la transformation traditionnelle, ont permis de faire ressortir des stratégies, des perspectives et des recommandations fortes pour des actions futures en vue de renforcer et pérenniser les acquis de cet atelier et de l’assistance technique dont bénéficie la République du Congo depuis novembre 2019 dans le cadre de la Coopération Sud Sud et Triangulaire.