Congo

La gouvernance de la sécurité locale à l'est du Congo

Attachments

En 2019, le gouvernement congolais s'est engagé à relancer la réforme de la police après l'arrêt d'un programme pilote en 2014 en raison de violations des droits de l'homme commises par la Police Nationale Congolaise. Pendant ce temps, le gouvernement du Sud-Kivu a appelé à la création de Conseils locaux pour la sécurité de proximité (CLSP) à travers la province, des plateformes de coordination dédiées au diagnostic et à la résolution des problèmes de sécurité humaine. Ces processus visent à rapprocher le gouvernement et la sécurité de la population dans un contexte où la gouvernance de la sécurité est compétitive, fragmentée et marquée par la violence. L'introduction des CLSP dans les zones rurales, cependant, s'accompagne d'une multitude de défis qui ne sont pas nécessairement rencontrés dans les villes où le programme était auparavant piloté.

La gouvernance de la sécurité locale à l'est du Congo explore la mise en œuvre des CLSP dans la chefferie de Buhavu dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu. Le rapport offre des informations précieuses sur la façon dont les entités rurales gèrent la sécurité dans un contexte de rareté des ressources, de groupes armés, de conflits intercommunautaires et de la concurrence entre les autorités de l'État. Bien que certains succès aient été obtenus, les efforts de réforme ont le potentiel de perturber les dispositions existantes en matière de gouvernance de la sécurité, qui à leur tour peuvent déclencher une résistance.

Pour ceux qui travaillent et interviennent dans la gouvernance de la sécurité en RDC, le rapport recommande de placer la sécurité humaine au premier plan de la planification en matière de sécurité, de s'engager de manière significative avec la police, de maximiser le potentiel du décret CLSP, de budgétiser suffisamment la sécurité et de mobiliser les chefferies pour assumer leurs responsabilités en matière de sécurité.

Ce rapport est une publication conjointe du Rift Valley Institute et de VNG International. La recherche pour le rapport a été rendue possible grâce à VNG International et à son programme « Inawezekana Kalehe ». Les points de vue, réflexions et opinions exprimés dans le texte appartiennent uniquement aux auteurs, et pas nécessairement à VNG International, aux partenaires du consortium dans le programme, à l'entité de financement du programme ou à tout autre groupe ou individu.