Congo

Congo : Ouverture du procès de l'affaire « le Beach »

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
BRAZZAVILLE, le 20 juillet (IRIN) - Plusieurs hauts responsables des forces de sécurité accusés de l'assassinat de 353 réfugiés congolais comparaissaient mardi devant la cour suprême de justice de Brazzaville, la capitale de la République du Congo.
Les 16 inculpés de l'affaire des disparus de Le Beach sont accusés de génocide, de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et d'assassinats.

Parmi les personnes inculpées figurent l'inspecteur général des forces armées congolaises, le général Norbert Dabira, l'actuel commandant de la région militaire de Brazzaville, Blaise Adoua et le directeur général de la police, Jean François Ndenguet.

Les réfugiés auraient été tués en 1999 à leur retour d'exil de la République démocratique du Congo voisine (RDC) où ils avaient trouvé refuge en 1998 pour fuir la guerre civile de la République du Congo.

Arrivés au débarcadère de Brazzaville, appelé Le Beach, les réfugiés avaient été arrêtés, suspectés d'être des partisans de la milice appelée les Ninjas. Depuis lors, on ne les plus jamais revus.

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ainsi que les autorités de ROC et de RDC avaient signé un accord tripartite en mai 1999 qui garantissait la sécurité de toute personne rentrant d'exil.

Selon la partie civile, les inculpés bénéficient d'un traitement de faveur et ne sont pas détenus à la maison d'arrêt.

« En principe, 48 heures avant l'ouverture du procès, les prévenus doivent être placés à la maison d'arrêt. Il n'est pas question que ces officiers proches du pouvoir se présentent à la barre et regagnent tranquillement leur domicile. Ils doivent être incarcérés durant tout le déroulement du procès », a précisé Hervé Malonga, avocat de la partie civile.

« Le procès sera "transparent" et la lumière sera faite sur cette affaire politisée par certains compatriotes vivant à l'étranger », a dit Alain Akouala, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement ».

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2005