Congo

Congo: 95 cas d'Ebola dont 77 décès dans la région de la Cuvette-Ouest

Source
Posted
Originally published
NAIROBI, 26 février (IRIN) - 95 cas du virus de l'Ebola dont 77 décès ont été confirmés mercredi dans la région de la Cuvette-Ouest en République du Congo (RC), a rapporté l' Organisation mondiale de la santé (OMS).
L'OMS a ajouté avoir identifié 149 nouvelles personnes qui ont été en contact avec des gens souffrant de cette fièvre hémorrhagique extrêmement contagieuse, qui s'est concentrée dans les zones forestières reculées d' Etoumbi, de Mbomo et de Kelle, près de la frontière avec le Gabon.

La Croix-Rouge de la RC, qui compte 62 volontaires formés aux techniques de lutte contre l'Ebola, a participé à l'évaluation de la situation sur place, en collaboration avec le ministère de la santé, l'OMS et d'autres institutions. Ils ont tenté de faire mieux connaître au public la maladie, d 'identifier des cas suspects, d'appliquer des mesures d'isolement et de contrôle de l'infection. Ils recommandent à la population de s'abstenir de manger de la viande de brousse, de toucher des animaux morts ou l' encouragent à faire preuve de prudence pendant les rites funéraires.

Parallèlement, la Fédération internationale de la Croix-Rouge et des Sociétés du Croissant-Rouge ont lancé, mercredi, un appel de 130 000 dollars pour aider la Croix-Rouge de la RC à surveiller, pendant trois mois, quelque 50.000 personnes dans les parties reculées du pays.

« L'Ebola est un virus dévastateur et terrifiant. Il peut tuer ceux qui soignent les malades et ceux qui effectuent des rites funéraires, » a indiqué un épidémiologiste de la Fédération, le docteur Bernard Morinière, dans un communiqué de la Fédération publié lundi. « Dans des circonstances de deuil et de désespoir, il est très difficile d'appliquer des mesures de contrôle efficaces tout en établissant un climat de confiance et en respectant les craintes, les traditions et les croyances de la communauté, » a ajouté le docteur Morinière. « Les volontaires de la Croix-Rouge basés dans les communautés peuvent jouer un rôle essentiel en créant ce lien de confiance qui fait souvent défaut dans de telles situations. »

La Fédération a noté que l'Ebola se caractérise par de la fièvre, de la diarrhée, des pertes de sang importantes et une très grande fatigue. Le virus se transmet par contact direct avec les liquides organiques de personnes infectées ou d'autres primates. Il n'existe, pour l'heure, aucun traitement contre cette maladie qui tue entre 50 et 90 pour cent de ses victimes. La prévention, la détection immédiate et l'isolement des cas suspects constituent le meilleur moyen de contrôler la propagation de cette maladie, a expliqué la Fédération.

Ainsi, le gouvernement de Brazzaville a imposé, le 13 février, une période de quarantaine sur la région de Cuvette-Ouest. Néanmoins, l'OMS a noté, mercredi, que le mouvement des personnes qui essaient d'échapper à l' épidémie reste une source de préoccupation.

Les autorités ont, au début, été alertées par le risque d'une éventuelle épidémie d'Ebola lorsque les membres d'un groupe de gorilles de la région ont commencé à mourir. Les tests effectués sur les corps des primates ont confirmé qu'ils étaient bien morts de la fièvre Ebola. L'épidémie actuelle aurait été causée par des villageois ayant mangé des primates infectés par l'Ebola.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003