Bulletin quotidien no 323 d'information sur l'Afrique Centrale et de l'Est

Report
from IRIN
Published on 31 Dec 1997
NATIONS UNIES
Departement des Affaires Humanitaires / IRIN
pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: +254 2 622 129
e-mail: irin@dha.unon.org

[Le bulletin quotidien est base sur des informations pertinentes provenant d'agences de Nations Unies, d'ONG, de gouvernements, de donateurs et des medias. IRIN publie ces rapports dans l'interet de la communaute humanitaire, mais rejette toute responsabilite quant a l'exactitude des informations des sources citees.]

IRIN: Bulletin quotidien no 321 d'information sur l'Afrique Centrale et de l'Est (du mercredi 31 decembre 1997)

KENYA :

- Moi est en tete des elections chaotiques

Le President kenyan, Daniel arap Moi, a pris la tete dans les elections presidentielles, mais les analystes font savoir qu'il etait trop tot pour idenfier la tendance en ce qui concerne les resultats, ont rapporte les agences de presse aujourd'hui (mercredi). Le parti au pouvoir, la KANU, est egalement en tete en ce qui concerne les elections parlementaires. Les chaotiques elections generales ont provoque d'intenses contreverses au sein de la classe politique, qui echange des allegations de tricherie et condamne, de facon unanime, la performance de la commission electorale du pays. Le Secretaire general du Parti social democrate, Charity Ngilu, a declare hier (mardi) que son parti n'accepterait pas les resultats des elections a cause des "serieuses anomalies" qu'il y a autour des votes meme. Par ailleurs, selon la television CNN, au moins cinq personnes sont mortes hier a cause de la violence politique dans la ville de Nakuru, dans la vallee du Rift.

RWANDA :

- Liberation d'un suspect du genocide aux Etats-Unis

Le porte-parole de l'ONU, Fred Eckhard, a reagi hier a la remise en liberte d'un suspect du genocide par une cour du Texas, aux Etats-Unis. Il a declare qu'aucun commentaire ne serait fait sur le travail interne du systeme judiciaire, mais qu'il etait a esperer que le suspect, Elisaphan Ntakirutimana, serait finalement porter devant la justice. M. Ntakirutimana a ete libere, il y a deux semaines, par un juge federal au Texas, qui a indique qu'un accord d'extradition entre les Etats-Unis et les tribunaux de crimes de guerre de l'ONU n'etait pas constitutionel. M. Ntakirutimana, pasteur age de 73 ans qui a passe 14 mois dans une prison texane, est accuse d'avoir ordonne le massacre de Tutsi caches dans une eglise, pendant le genocide rwandais de 1994. Il est arrive aux Etats-Unis en decembre 1994, et a ete arrete quelque 20 mois plus tard. Le departement d'Etat a exprime son regret quant a la decision du juge, disant que le probleme n'etait pas termine. "Nous avons ici une position juridique solide", a precise hier son porte-parole James Foley, selon l'AFP.

- Les etudiants protestent contre le "soutien international" des auteurs du genocide

Des milliers d'etudiants de l'Universite de Butare, dans le sud du Rwanda, sont descendus hier dans les rues de la ville pour protester contre ce qu'ils ont appele le soutien international envers les auteurs du genocide. Selon la radio rwandaise, pres de 3 000 etudiants ont manifeste contre "les pays europeens, et les organisations internationales, qui ont approvisionne en armes les responsables du genocide". Une manifestation similaire a ete organisee dans la ville de Ruhengeri, au nord du pays, par l'organisation IBUKA, qui vient en aide aux survivants du genocide.

- Les rebelles attaquent un institut agricole

Environ 250 rebelles ont attaque dimanche un institut de recherche argicole dans la commune de Kinigi, dans la prefecture de Ruhengeri, a rapporte hier la radio rwandaise. Elle a ajoute qu'ils ont essaye de subtiliser 3,5 tonnes de pommes de terre, mais ont ete repouses par les forces du gouvernement. Un rebelle capture a declare que un certain nombre de civil avaient ete pris en otage, mais que d'autres s'etaient joints volontairement, a precise la radio.

TANZANIE :

- Le Ministre dement que les rebelles operent a partir de la Tanzanie

La Tanzanie a dementi les informations selon lesquelles les groupes rebelles operent a partir de son territoire. La radio tanzanienne a cite le Ministre adjoint de l'interieur, Sigela Nswima, declarant que son pays n'avait jamais ete le sanctuaire de groupes rebelles. Il a accuse le Burundi de faire circuler ces informations, afin de "chercher la compassion" de la communaute internationale. L'hebdomadaire 'EastAfrican' a fait savoir lundi qu'un groupe de parlementaires ougandais, qui se sont recemment rendus au Burundi, avaient conclu leur mission en disant que les rebelles d'Ouganda, du Burundi et du Rwanda recevaient un soutien de la part du Soudan, et operaient a partir de la Tanzanie. M. Nswima a qualifie les allegations "de pure propagande afin de tromper la communaute internationale."

Par ailleurs en Ouganda, deux personnes sont mortes et une autre a ete enlevee par les rebelles des "Allied Democratic Forces (ADF - Forces democratiques alliees), pendant le week-end, dans le district de Bundibugyo, a rapporte hier le journal 'New Vision'. L'armee a recupere la tete decapitee d'une des victimes, a ajoute le journal.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) :

- Patasse dement que la RCA est une base arriere pour attaquer la RDC

Le President de la Republique Centrafricaine (RCA), Ange-Felix Patasse, a dementi hier que son pays etait utilise comme base arriere par les anciens hauts representants zairois afin d'attaque la RDC. M. Patasse, qui etait hier en visite d'une journee a Kinshasa, a declare a la television de la RDC que les allegations etaient "de simples rumeurs". "Nous n'accepterons jamais que des gens attaquent la RDC depuis notre pays", a-t-il declare.

CONGO-BRAZZAVILLE :

- Les dissidents du parti decide de destituer Lissouba

Le President dechu, Pascal Lissouba, a ete destitue de sa fontion de dirigeant de l'Union panafricaine pour la democratie sociale (UPADS), a annonce hier la radio officielle de Brazzaville 'Radio Liberte'. Une branche dissidente de l'UPADS, menee par Martin Mberi, ancien assistant de M. Lissouba qui a desormais un poste au sein du nouveau gouvernement de Denis Sassou Nguesso, a convie a un congres du parti dans la ville de Pointe-Noire, dans le sud du pays, afin de formellement renvoyer M. Lissouba, a rapporte l'AFP. M. Mberi, actuellement Ministre des transports et de la marine marchande, a ete lui-meme rejete de l'UPADS par le secretariat du parti en exil en novembre dernier pour trahison. La semaine derniere, l'ancien maire de Brazzaville, Bernard Kolelas, le dernier Premier Ministre sous Lissouba, a egalement ete demis de sa fonction de dirigeant de son parti par des dissidents.

- La France va soutenir Brazzaville dans ses negociations avec les donateurs

Le nouvel ambassadeur de France a Brazzaville a declare hier que Paris etait "pret a soutenir le Congo" pour renouer le dialogue avec les bailleurs de fonds internationaux. M. Herve Bolot, qui a pris ses fonctions lundi en tant que nouvel envoye francais, a fait savoir a l'AFP a Kinshasa par telephone que "le Congo avait tout interet a reprendre le dialogue avec l'Union Europeenne, le Fonds monetaire international (FMI), la Banque mondiale et la Banque africiane de developpement". L'accord d'ajustement structurel du Congo avec le FMI et la Banque mondiale a ete perturbe par les quatres mois de guerre civile, qui a fait eruption au mois de juin. L'Union Europenne a declare qu'elle ne recommencerait aucune aide financiere avant que la democratie ne soit restauree.

SOUDAN :

- Turabi veut rencontrer l'opposition en exil

Le chef islamic soudanais, Hassan Abdallah al-Turabi, veut rencontrer l'opposition en exil, selon le porte-parole du groupe de reconcialiation politique, cite par l'AFP. Un envoye de la 'Popular Organisation for National Dialogue' (POND - Organisation populaire pour le dialogue national) a fait savoir que M. Turabi, le puissant President du Parlement a annonce que : "Je suis pret a rencontrer n'importe qui, y compris (l'ancien Premier Ministre) Sadiq al-Mahdi, qui m'est lie par des liens intellectuels et familliaux". Les dirigeants politiques du nord, en exil essentiellement en Egypte et en Erythree, ont forme une alliance avec les rebelles du sud, qui ont combattu les regimes successifs de Khartoum a cause de la presumee domination islamique du pays et la marginalisation du sud sous-developpe.

NOTE AUX ABONNES :

Le bulletin ne sera pas publie le 1er janvier. Le prochain bulletin sera publie vendredi 2 janvier 1998.

Jeudi 1er janvier 1998

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.Pour plus d'information ou abonnement, veuillez contacter UN IRIN: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin@dha.unon.org. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int, ou bien peuvent etre retrouves automatiquement par courrier electronique sous : archive@dha.unon.org, Mailing liste: irin-cea-francais-bulletins]