Atelier sur la réduction de la malnutrition chronique au Congo, au Cameroun, en RCA et en RDC

Report
from Government of the Republic of Congo
Published on 25 Oct 2012 View Original

Dans le but de réduire la malnutrition chronique au Cameroun, en République Centrafricaine, en République Démocratique du Congo (RDC) et en République du Congo, un atelier sous régional de planification et de programmation se tient du 29 octobre au 1er novembre à Brazzaville. Cet atelier est organisé par le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), en collaboration avec le ministère congolais de la santé et de la population.

Atelier sur la réduction de la malnutrition chronique au Congo, au Cameroun, en RCA et en RDC

La malnutrition chronique constitue un véritable problème de santé publique mais aussi de développement en Afrique centrale. Au Congo-Brazzaville, environ 175.000 enfants de 0 à 5 ans souffrent de malnutrition chronique, soit un taux de prévalence de 24.4%.

Avec 40.7% du taux de prévalence, la République démocratique du Congo est le pays de l’Afrique centrale le plus affecté. Le Cameroun et la République centrafricaine sont touchés respectivement à hauteur de 32.5% et 40.7%.

La rencontre de Brazzaville a pour objectifs entres autres, d’obtenir une compréhension commune de la malnutrition chronique et le rôle des différents secteurs. Il s’agit notamment d’avoir une analyse approfondie des domaines clés des interventions spécifiques et favorables à la nutrition.

Aussi, elle permettra aux cadres et experts des problèmes de nutrition du Congo Brazzaville, du Cameroun, de Centrafrique et de la RDC mais aussi des spécialistes en nutrition du Bureau régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’ouest et du centre, de comprendre les systèmes, les structures et les organisations en appui à la réduction de la malnutrition chronique et de développer une feuille de route par pays dans le but de combler les lacunes dans les stratégies de réduction de retard de croissance.

D’après l’UNICEF, les enfants souffrant de malnutrition chronique sont plus susceptibles de tomber malades ou mourir. S'ils survivent, ils entrent à l'école en retard, ont des difficultés à apprendre, et sont moins productifs a l’âge adulte. Plus tard, ils sont exposés à un risque accru de maladies chroniques non transmissibles telles que l’hypertension artérielle, le diabète et les maladies cardio-vasculaires.

La malnutrition cause plus de 35% des décès des enfants ; elle augmente les coûts de santé, ayant un impact sur le développement cognitif des enfants. La malnutrition chronique se manifeste par une taille qui est en dessous de moins deux écarts types de la norme de référence. Ces enfants paraissent en bonne santé mais les conséquences de malnutrition chronique sont importantes et irréversibles.