Chad + 1 more

Tchad Rapport de situation, 28 août 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • La recrudescence des conflits inter-communautaires impactent sur les opérations humanitaires

  • La montée des eaux fait craindre des attaques des GANE

  • Près de 460 000 personnes déplacées dans le Lac selon le 15e round de la matrice des mouvements, soit 70% de la population de la province

  • Une superficie de 1 200 hectares de terres arables octroyée par les autorités locales pour renforcer la résilience des personnes déplacées

CONTEXTE

Situation sécuritaire / accès

La situation sécuritaire est restée relativement calme durant la période de juin et juillet dans la province, malgré les incidents de protection enregistrés dans les parties nord-ouest, ouest et sud de la province. La situation sécuritaire a été certainement affectée par la mort présumée d'Aboubakar Shekau, leader du groupe islamiste Boko Haram, en ce que sa mort semble avoir déclenché une scission dans son groupe : entre ceux qui veulent se battre pour l'ISWAP, et ceux qui veulent déposer les armes et qui se seraient rassemblés à la frontière tchado-nigérienne. Les tensions ont été exacerbées par la récente montée des eaux en raison des fortes pluies, ce qui a permis aux groupes armés non étatiques (GANE) de poursuivre des incursions/infiltrations le plus souvent dans la nuit au niveau des frontières occidentales. Une trentaine de cas d’enlèvement, principalement des femmes, ont été également enregistrés.

La recrudescence des conflits intercommunautaires dans la province a impacté sur les opérations humanitaires. Sept cas d’affrontements intercommunautaires ont été signalés dans les départements de Mamdi, Kaya et Fouli de juin à juillet, avec sept décès et 12 blessés.

A la demande de la coordination inter cluster du Lac, une évaluation conjointe des sous-clusters protection et sécurité alimentaire a été conduite du 09 au 13 juillet afin de mieux comprendre les causes et les conséquences de ces conflits et d’identifier des actions pour les atténuer. Les conclusions de cette évaluation, réalisée dans les départements de Kaya, Mamdi, Fouli, et Wayi, ont montré que les principales causes seraient liées à l’impunité, à la corruption de certaines autorités judiciaires, à la faible délimitation des rôles entre unités administratives et des chefferies traditionnelles, et à l’apparition de nouveaux espaces de culture et d’élevage avec la montée des eaux du Lac. Des pistes de solutions à l’adresse des différentes parties prenantes telles que les autorités administratives, traditionnelles et judiciaires, ainsi que les populations concernées ont été proposées dans le rapport final en cours de consolidation.

La tension reste toujours vive au sein des communautés des îles au sud de Bol, mais à travers des actions de grande envergure du PNUD, on peut présager que les communautés concernées finissent par fumer le calumet de la Paix et de la concorde pour mieux intégrer le devoir du vivre ensemble dans leurs actions quotidiennes. En effet, dans la mise en œuvre de ses projets de consolidation de la paix et de prévention de l’extrémisme violent, le PNUD a organisé une série de dialogues civilo-militaires ainsi que de vastes campagnes de sensibilisation des communautés sur la cohabitation pacifique dans les zones insulaires. Des dialogues inclusifs ont été organisés du 05 au 30 juillet, et se poursuivent jusqu’à maintenant.

De plus en plus de tentatives de carjacking ont été enregistrées dans la province. A la suite d’une tentative de braquage de leur véhicule sur l’axe Liwa-Baga Sola le 25 juillet, une ONG internationale a suspendu temporairement ses mouvements de Baga Sola vers Liwa. Par ailleurs, le 19 juillet, le véhicule d'une agence des Nations Unies a également été victime d'une tentative de braquage sur l'axe N'Gouri-Bol, mais le chauffeur de l'ONU a réussi à échapper à l'attaque. Compte tenu de ses deux incidents, les mesures de sécurité d’usage ont été réitérées. De plus, des convois d'au moins deux véhicules sont désormais requis sur les axes concernés. Le conseiller adjoint à la sécurité des Nations Unies s'est rendu dans la province du Lac du 28 au 30 juillet pour mieux appréhender la situation et prodiguer des conseils à la communauté humanitaire à la lumière de ces derniers incidents sécuritaires.

Un changement de commandement à la tête de la Force multinationale mixte à Baga Sola a eu lieu début juillet. Par décret présidentiel, le général de brigade Djouma Youssouf Mahamat Itno est nommé commandant du secteur n°2 de la Force multinationale mixte à Baga Sola, en remplacement du général Mahamat Souleymane Malim appelé à d’autres fonctions après neuf mois de service.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.