Chad + 1 more

Tchad Perspectives sur la sécurité alimentaire - octobre 2020 à mai 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Les bonnes récoltes améliorent la situation alimentaire malgré la COVID-19 et les inondations

MESSAGES CLÉS

  • La bonne pluviométrie enregistrée durant la saison, avec des cumuls excédentaires, a favorisé un bon déroulement de la campagne agropastorale 2020/2021. Malgré la succession de séquences sèches et d’inondations en certains endroits, la production attendue serait moyenne à légèrement supérieure. Les ménages de la plupart des zones agricoles et agropastorales ne seraient pas en insécurité alimentaire (Phase 1 de l’IPC) grâce aux bonnes récoltes en cours.

  • Au Sahel, les marchés céréaliers continuent d’afficher des prix en hausse par rapport à la moyenne quinquennale, à cause des fortes inondations et des coûts élevés du transport du fait des mesures liées à la COVID-19. L’accès alimentaire des ménages pauvres reste limité par les prix élevés du mil par rapport à la moyenne à Abéché (+15 %), Biltine (+9 %) et Moussoro (+14 %).

  • Le couvre-feu et les restrictions de circulation entre autres mesures pour freiner la COVID-19 continuent d’affecter l’activité économique du pays. Ceci a eu un impact significatif sur les ménages très pauvres et pauvres ; les opportunités d’embauche étant plus limitées. Les ménages pauvres du Barh-El-Gazal et du Kanem peuvent couvrir leurs besoins de consommation, comme en année normale, mais ne peuvent s’engager dans des dépenses non alimentaires. Ils sont en Stress (Phase 2 de l’IPC).

  • Les déplacés et ménages hôtes du Lac continuent de dépendre de l’assistance, des récoltes de la campagne pluviale et des produits de cueillette. Ils peuvent couvrir leurs besoins de consommation mais ne pourraient s’engager dans des dépenses non alimentaires essentielles. Ils seront en Stress (Phase 2! de l’IPC) grâce à l’assistance. Les ménages du Tibesti font face à des déficits en raison de l’accès limité aux aliments par suite de la COVID-19 occasionnant des hausses de prix sur les marchés Ils sont en Crise (Phase 3 de l’IPC).