Chad + 3 more

Tchad Perspectives sur la sécurité alimentaire - Mars 2020

Attachments

La sécurité alimentaire du Lac est en Stress grâce à l’assistance

MESSAGES CLÉS

  • La recrudescence des conflits au Lac continue de provoquer des mouvements de populations. Depuis décembre 2019, près de 24 000 personnes déplacées sont signalées (Source OCHA – OIM, février 2020). Les ménages déplacés (IDP) et hôtes du Lac, auront une consommation alimentaire réduite et ne pourront pas engager des dépenses alimentaires non essentielles. Ils seront en Stress (Phase 2 de l’IPC).

  • Suite à l’épuisement précoce des stocks dans le Sahel Ouest (Bahrel-Gazal et Kanem), les ménages dépendent des marchés pour leur consommation alimentaire. Cependant, leur accès aux marchés est limité par les bas niveaux de revenus. Ils auront une consommation alimentaire réduite et d’adéquation minimale. Ils sont en stress (Phase 2 de l’IPC) de février à septembre 2020. Les autres provinces du pays sont en insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC).

  • L’offre céréalière est renforcée par les récoltes de maïs et berberé en cours. La demande est globalement inférieure à une année normale à l’exception du mil et du maïs au Lac. Une hausse par rapport à la moyenne quinquennale est observée sur les prix du maïs à Bol (64 %), du fait de l’insécurité. Une hausse des prix des bovins est observée à Abdi (56 %), Abéché (45 %) du fait de l’augmentation des exportations vers les Soudan.

  • Un nouvel afflux d’environ 17 000 personnes en provenance de la province soudanaise du Darfour est enregistré dans le Ouaddaï à cause des violences intercommunautaires en cours dans le Darfour Ouest. Ces mouvements de populations sont observés depuis la fin de l’année 2019. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) procède actuellement au transfert de ces personnes vers un camp en cours de construction situé à 38 km d’Abéché.