Chad

Tchad : A la rencontre des clusters

Format
Other
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Introduction

L’approche cluster

A l’occasion de la réforme humanitaire mondiale de 2005, plusieurs nouveaux éléments ont été introduits pour améliorer la prévisibilité, la responsabilisation et les partenariats dans l’action humanitaire, dont l’approche de responsabilité sectorielle, ou approche cluster. Depuis 2005, cette approche cluster a beaucoup progressé, toujours dans le but ultime de la communauté humanitaire de répondre du mieux que possible aux besoins des populations touchées par une crise. Elle est, à ce jour, utilisée dans plus de 30 pays pour fournir une aide humanitaire.

Les clusters - ou groupes sectoriels - sont un rassemblement volontaire des partenaires humanitaires, faisant ou non partie du système des Nations Unies, autour d’un ou plusieurs secteurs d’activités communs.

Au niveau global, les clusters sont désignés par le Comité permanent inter organisations (IASC) et sont investis de responsabilités claires en matière de coordination. Ils sont constitués dans chacun des principaux secteurs de l’action humanitaire : Abris/Articles ménagers essentiels (AME), Coordination et gestion des camps (CCCM), Education, Eau, hygiène et assainissement (EHA), Logistique, Nutrition, Protection, Santé, Sécurité alimentaire (SECAL), et Télécommunications d’urgence.

Au niveau national, le Coordonnateur humanitaire (CH) s’accorde avec l’Équipe humanitaire pays (EHP) sur les groupes sectoriels à activer en fonction du plan d’urgence et de leur pertinence dans le contexte national. Il existe actuellement sept clusters au Tchad : Abris/AME-CCCM, EHA, Education, Nutrition, Protection, Santé, et SECAL.

Fonctions centrales d’un cluster

i) Assurer la coordination, au nom de l’EHP, au niveau des opérations humanitaires ; ii) Conseiller le CH et l’EHP dans la prise de décisions stratégiques relatives aux interventions humanitaires (préparation et réponse) ; iii) Planifier et élaborer une stratégie par secteur couvert par le cluster ; iv) Assurer que les secteurs puissent travailler avec les ressources adaptées ; v) Effectuer un suivi de la réponse et préparer des rapports sur la mise en œuvre de la stratégie sectorielle ; vi) Planifier des mesures et actions de préparation et réponse aux urgences au niveau du cluster et renforcer les capacités.

Les Gouvernements nationaux ont la responsabilité première d’appuyer leurs populations, quelle que soit la nature de l’intervention. De leur côté, les clusters ont un rôle clé à jouer pour renforcer les capacités nationales des partenaires humanitaires dans leur secteur d’expertise.

Un cluster peut être décliné au niveau provincial, selon les besoins et les partenaires à coordonner (niveau régional, provincial, local) par la mise en place de sous-groupes sectoriels, ou sous-cluster, dans des zones d’intérêt opérationnel particulier. Ces sous-clusters permettent de faciliter la prise de décision décentralisée et de mener la réponse selon les besoins identifiés, tout en évitant les chevauchements et les gaps.

OCHA facilite l’engagement des clusters dans toutes les phases de la programmation humanitaire, notamment l’évaluation des besoins, la planification et la programmation communes, la mise en œuvre des réponses, la mobilisation des ressources, et le suivi et l’évaluation.

Profils clés au sein d’un cluster

Agence lead : Une agence des Nations Unies ou une organisation qui s’est engagée formellement à assumer le rôle de leadership au sein de la communauté humanitaire dans un secteur ou un domaine d’activité particulier, pour assurer une réponse adéquate et des hauts standards de prévisibilité, de responsabilité et de partenariat. L’agence lead agit également comme agence de dernier recours si nécessaire (obligation de réponse à une crise).

Agence co-lead : Les autorités, par transfert de compétences dans le cadre des stratégies de sortie. Une agence co-lead peut également être une agence des Nations Unies ou une ONG.

Coordonnateur de cluster : Personne désignée par l’agence lead au niveau du pays et responsable de la coordination et de la facilitation du travail du cluster.

Co-facilitateur : Personne qui s’assure de la prise en compte du point de vue opérationnel dans les échanges au sein du cluster et de la représentativité des populations affectées.

Gestionnaire de l’information dédié au sein du cluster : Personne chargée par l’agence lead de mettre en place et/ou de renforcer les processus de collecte, de traitement, d’analyse, d’interprétation, de partage et de diffusion des données et de l’information au niveau du secteur mais aussi au niveau intersectoriel. L’information est le fondement sur lequel repose la prise de décision pour une réponse coordonnée et efficace.

Membres : Individus et organisations qui collaborent pour atteindre des objectifs mutuellement convenus au sein du cluster.

La coordination inter-cluster

La coordination inter-clusters (ICC) est l’organe principal de soutien et de conseil stratégique à l’EHP en ce qui concerne l’analyse des besoins, de la réponse et des gaps, ainsi que des mesures de préparation aux crises. Le système assure aussi la mise en place et le suivi opérationnel des décisions de l’EHP. Le CH et l’EHP s’appuient sur les recommandations opérationnelles des clusters réunis dans le groupe de coordination inter-clusters afin d’alimenter les prises de décisions stratégiques et guider et gérer la réponse humanitaire. Les réunions de l’inter-cluster au Tchad sont facilitées par OCHA.

Messages clés

Le renforcement des ressources des partenariats est indispensable à une intervention efficace et cela inclut des capacités dédiées au fonctionnement de l’inter-clusters.

La coordination humanitaire vise à garantir une approche cohérente et complémentaire entre les intervenants, en identifiant la meilleure façon de travailler et collaborer.

Les structures de coordination doivent être déterminées par le contexte local. Les critères applicables à la participation à un cluster doivent être définis en fonction de la pertinence opérationnelle (nombre de partenaires concernés, volume financier, etc.) par l’équipe humanitaire pays et le CH.

Grâce aux clusters, les responsabilités pour délivrer l’aide humanitaire et l’établissement de partenariats entre les acteurs humanitaires internationaux et nationaux, mais aussi le rôle des autorités nationales et locales dans la réponse, sont bien définis et mis en évidence (qui fait quoi comment) ce qui évite les gaps et la duplication.

La coordination entre les clusters intervient à de multiples niveaux, national et par province, et à toutes les phases du cycle de planification.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.