Chad + 1 more

Tchad : Impact de la crise nigériane dans la région du Lac Rapport de Situation n° 24 (06/02/2017)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Faits saillants

  • Les opérations militaires actuellement en cours au Niger et au Nigeria s’accompagnent d’une recrudescence d’attaques et d’incursions d’éléments armés, occasionnant des incidents de protection.

  • Une hausse significative des incidents de protection et de violences basées sur le genre (VBG) rapportés par les partenaires a été observée en avril.

  • 3,5 millions de dollars américains ont été alloués par le Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) pour une réponse rapide aux besoins urgents de 40 000 personnes dans les zones insulaires et villages au sud du canton de Bol.

  • Environ 10% des besoins de la population locale ne sont pas encore couverts pour la prochaine période de soudure par manque de financement.

Aperçu de la situation Les opérations militaires actuellement en cours au Niger et au Nigeria s’accompagnent d’une recrudescence d’attaques et d’incursions d’éléments armés rapportées dans les cuvettes nord et sud de la région du Lac en avril et en mai. Ainsi, le 5 mai, une attaque d’un groupe armé sur une position militaire à Kaiga Kindjiria aurait causé la mort de neuf militaires tchadiens ainsi qu’une quarantaine d’éléments supposés appartenir au groupe armé. Quatre civils auraient été tués, plus de 50 cases incendiées, et 700 personnes se seraient déplacées suite à cet incident. Plus récemment, les 26 et 27 mai, plusieurs attaques ont été rapportées dans la zone de Tchoukoutalia, dans les villages de Konguia, Wangui et Kagrerom. Des attaques similaires ont été rapportées régulièrement ces dernières semaines, et incluent le meurtre et enlèvement de civils, la destruction de cases, et le vol de bétail. Ainsi, le 13 mai, des éléments d’un groupe armé auraient tenté de voler des têtes de bétail dans le village Toumou Dlea situé à moins de 2 km de Boma, échouant suite à l’intervention des militaires.

Le 24 avril, une attaque par deux personnes armées contre un village situé à 2,5km de Kaiga Kindjiria a été rapportée, et aurait causé un décès et deux blessés. Le 7 avril, des incursions d’éléments armés ont été rapportées dans trois villages dans les îles de Kangalom, causant notamment l’incendie d’une case. Par ailleurs, le 12 avril, six éleveurs avec environ 1 400 têtes de bétail auraient été enlevés à proximité de la frontière entre le Nigeria, le Niger et le Tchad, dans la sous-préfecture de Kaiga Kindjiria. Dans ce contexte, les populations locales ont un sentiment d’insécurité, exacerbé par les vides sécuritaires créés par les déploiements et mouvements des forces de défense et de sécurité vers les zones des opérations militaires. Ce contexte affecte également la mise en œuvre des activités humanitaires et réduit l’accès humanitaire, déjà faible dans les zones de Tchoukoutalia et Kaiga.

Le mois d’avril a été marqué par une hausse significative des incidents de protection et de violences basées sur le genre (VBG) rapportés par les partenaires. Ceci est en lien avec la multiplication des sensibilisations et l’amélioration du fonctionnement des systèmes de collecte et de rapportage des cas, mais souligne également une tendance négative pour la protection et la sécurité des populations, notamment liée à la forte militarisation des zones de déplacement et à la faible présence de l’Etat dans les lieux de déplacement.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.