Chad + 1 more

Tchad: impact de la crise nigériane dans la région du Lac Rapport de Situation n° 15 (30/06/2016)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

Faits saillants

  • La situation sécuritaire est restée stable dans la région du Lac, mais le déploiement de soldats tchadiens au Niger et la reprise d’opérations militaires pourraient donner lieu à de nouveaux mouvements de population.

  • Suite à une nouvelle mission d’enregistrement du cluster Abris/AME/CCCM, on compte désormais 111 683 personnes déplacées, dont 74 800 déplacés enregistrés et 36 883 déplacés estimés.

  • Les taux de malnutrition sont alarmants selon les résultats préliminaires d’un dépistage réalisé en juin par le PAM sur 11 sites, rapportant 33 % de MAM et 11,5 % de MAS parmi les enfants de moins de deux ans (bien audessus des seuils d’urgence de 15% pour la MAM et 2% pour la MAS).

  • L’expansion de la présence humanitaire se poursuit avec l’ouverture d’une base de l’ONG ACF à Baga-Sola, d’une base de l’ONG OXFAM à Baga-Sola et d’une sous-base à Daboua, d’une sousbase de l’ONG ACTED à Daboua, et la présence de l’ONG IRC à Liwa.

  • Du 1 er au 15 juin, le PAM a fourni une assistance alimentaire à plus de 37 000 personnes déplacées sur 11 sites et 3 200 enfants ont reçu une ration de prévention de la malnutrition.

  • UNICEF a officiellement fini les travaux pour le Centre de Transit et d’Orientation pour le suivi des enfants associés aux forces armées à Bol.

Aperçu de la situation

La situation sécuritaire est restée stable dans la région du Lac, aucun incident n’ayant été rapporté depuis le 1 er juin. Cette accalmie a contribué à la levée des escortes sur l’axe Baga-Sola – Liwa pour les Nations Unies. Cependant, l’envoi de soldats tchadiens dans la zone de Bosso (Niger), afin d’appuyer le pays voisin dans la lutte contre les groupes armés, pourrait conduire à une détérioration de la situation et à des déplacements de population.

De nouveaux acteurs se positionnent afin de répondre aux besoins vitaux des populations.
Ainsi, l’ONG Action contre la Faim (ACF) a débuté des activités qui répondront aux besoins d’urgence en eau, hygiène et assainissement (EHA) entre Liwa et le site de Magui, à travers deux projets dont un sous financement ECHO d’une durée de 12 mois, et un autre sous financement SIDA (Swedish International Development Cooperation Agency) d’une durée de 7 mois. En outre, l’ONG ACTED poursuit et étend ses activités de sécurité alimentaire et nutritionnelles, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), en fournissant des denrées alimentaires à plus de 42 000 déplacés se trouvant sur l’axe Baga-Sola – Liwa – Daboua. L’ONG IRC (International Rescue Committee) intervient également à travers un projet santé-nutrition avec un volet santé mentale et VBG (violences basées sur le genre) dans la zone de Liwa pour une durée de 18 mois, sous financement SIDA. Enfin, l’ONG OXFAM est en train d’installer une base à Baga-Sola et une sousbase à Daboua pour la mise en œuvre d’activités dans les secteurs EHA, protection, et sécurité alimentaire et moyens de subsistance, sur 19 sites pré-identifiés dans la sous-préfecture de Daboua.

La dernière mise à jour du cluster Abris/AME/CCCM souligne la présence de 111 683 personnes déplacées, dont 74 800 personnes déplacées enregistrées et 36 883 personnes déplacées estimées. Cela représente une diminution de 28 400 personnes déplacées estimées par rapport à la précédente mise à jour du cluster en date du 1 er juin. Cette diminution importante s’explique d’une part par la correction de surestimations dans les estimations précédentes, qui incluaient des communautés hôtes. D’autre part, 9 095 déplacés estimés ont été enregistrés depuis la précédente mise à jour, portant le nombre total de personnes déplacées enregistrées à 74 800.

Les 10 millions de fonds CERF attribués au début du mois de juin pour la réponse à la crise au Lac et à l’insécurité alimentaire serviront à la mise en œuvre de 6 projets conjoints* (voir tableau ci-dessous). Ces fonds visent d’une part à répondre aux besoins humanitaires vitaux dans la cuvette nord de la région du Lac (axe Liwa-Daboua), ainsi qu’à Kangalom et Tchoukoutalia ; et d’autre part à faire face à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition dans la bande sahélienne (régions du Lac, Kanem, Barh-el-Gazal, Guera, et Wadi-Fira).

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.