Tchad: Entre récession et répression: Le coût élevé de la dissicidence au Tchad

Report
from Amnesty International
Published on 14 Sep 2017 View Original

Lorsque le président Idriss Déby s’est emparé du pouvoir au Tchad en 1990, il avait promis de rompre catégoriquement avec les horreurs des huit années précédentes. Plus d’un quart de siècle plus tard, la condamnation de l’ancien président, Hissène Habré pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture a peut- être entamé la guérison des blessures du passé. Cependant, la garantie du respect plein et entier des libertés individuelles et collectives de tous les Tchadiens reste théorique et un appareil répressif est toujours en place, réduisant au silence les voix de ceux qui s'élèvent contre le gouvernement ou ses politiques.