Tchad : de nouvelles activités pour le CAM

Report
from Comité d'Aide Médicale
Published on 18 Aug 2009 View Original
Le mois de Juillet 2009 a été marqué au Tchad par la négociation des termes de la passation des activités médicales entre MSF Luxembourg et le Comité d'Aide Médicale.

Grâce à des financements du Haut Commissariat aux Réfugiés, et du US Bureau of Population, Refugees and Migration, nous avons mis en œuvre un programme de soins de santé primaire et de santé communautaire, à destination des réfugiés des camps de Touloum et d'Iridimi mais aussi des populations autochtones vivant à proximité, soit près de 46000 bénéficiaires en tout.

Entouré du Soudan et de la République Centrafricaine, le Tchad est situé dans une zone géopolitiquement instable, et connaît des troubles internes et externes. A la frontière soudanaise, au nord-est du pays, la région de Wadi Fira est l'une des plus enclavées et les plus délaissées du pays en termes d'infrastructures de transport et de structures socio-sanitaires. Pourtant sa population a pratiquement doublé avec l'arrivée massive de réfugiés soudanais fuyant le Darfour. Malgré ce contexte sécuritaire très volatile, notre action s'articule autour d'un travail de prévention et d'expansion de l'accès à des soins de qualité.

En poursuivant l'appui étroit aux autorités sanitaires (Ministère de la santé), nous avons établi un suivi de la situation épidémiologique et nutritionnelle de la région, chose essentielle pour le traitement de maladies chroniques au sein d'une population mobile. De plus, le CAM reçoit quotidiennement des patients en consultation principalement pour des infections respiratoires et des diarrhées (dues à l'insuffisance de distribution d'eau et de latrines dans les camps). Si ces deux types de maladies sont les plus fréquents parmi nos patients, l'accent est néanmoins mis sur la santé maternelle et infantile, c'est pourquoi chacun des centres de santé que nous gérons comprennent une maternité et une unité dédiée spécifiquement à la malnutrition, en plus d'une pharmacie et d'une salle de vaccination. Durant les premiers mois de la mission, le CAM estime à 4000 le nombre de consultations mensuelles.

Parce que nous considérons l'éducation à la santé comme un des meilleurs outils pour prévenir les maladies, notre programme de Santé communautaire vise à accroître les connaissances locales face à la santé et accompagner le changement des attitudes. Ainsi des éducateurs locaux parcourent les deux camps et villages alentour avec des ateliers permettant de rendre ordinaires des notions spécifiques d'hygiène.

Le troisième pilier de notre travail au Tchad et dans le monde, en plus de l'accès aux soins et de l'éducation préventive, concerne la durabilité de nos actions, l'assurance que nos communautés partenaires puissent satisfaire leurs propres besoins dans le futur. De la sorte, nous entretenons d'importantes relations professionnelles avec l'équipe médicale tchadienne et soudanaise que nous supervisons, soutenons et formons. Dans une optique de durabilité, le but est de développer un transfert de savoir et de compétences permettant également l'inclusion des communautés locales.