Chad + 1 more

Tchad Bulletin Humanitaire numéro 04 | juin-juillet 2014

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Un nouveau site a été ouvert pour accueillir les retournés tchadiens qui ont fui la RCA via le Cameroun.

  • L’exercice de profilage montre l’importance des solutions durables pour les personnes qui ont fui la RCA au Tchad.

  • L’introduction de la gratuité des soins pour les enfants et les femmes enceinte reste un défi dans la région de Kanem.

  • L'insécurité alimentaire et la malnutrition dans la bande sahélienne ont besoin d'une vision à long terme, ce qui met ensemble l'action humanitaire et de développement.

CHIFFRES CLÉS

Population 11,2 m

Taux d’alphabétisation 33,6%

PIB/hbts US$1 330

Espérance de vie 49.6 ans

Taux de mortalité des < 5 ans 209/1 000

Taux mortalité maternelle 1 1000 / 100 000

Accès à l’eau potable 48,2%

FINANCEMENT

623 million Demandés (dollars américains) 19% reçus

Répondre aux besoins urgents des retournés

Un nouveau site ouvert à Djako pour les retournés qui ont fui la RCA via le Cameroun

Quelque 497 Tchadiens qui ont fui les violences en République Centrafricaine (RCA) au Cameroun ont été transportés le 23 juin au Tchad par l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) à la demande du gouvernement. Ils ont enduré des conditions de vie extrêmement difficiles dans les sites de transit de Garoua Boulay et Kentzou dans l'est du Cameroun depuis février.

Un nouveau site de transit au Tchad, dénommé Djako et situé à 37 km au sud-ouest de Moundou dans le Logone Occidental, a été mis en place pour les accueillir. L’OIM a construit des abris et l’UNICEF des latrines et points d'eau. Tous les enfants de moins de 5 ans ont été vaccinés contre la polio et la rougeole par l'UNICEF. Le PAM a distribué des biscuits à haute valeur énergétique aux personnes arrivées et a étendu son programme de coupons alimentaires sur le nouveau site. L’ONG IRC (International Rescue Committee) fournit des services de soins sanitaires de base. Jusqu'à ce que le gouvernement assigne une ONG nationale en charge du site, l'OIM gère et assure la coordination des services dans le site.

Si quelque 5 000 personnes étaient initialement attendues du Cameroun, l’OIM estime que le nombre de personnes à transporter au site de transit de Djako ne dépassera probablement pas 3 000 personnes. Ceci s'explique par le fait que de nombreux migrants ont déjà quitté les sites de transit au Cameroun pour d’autres endroits dans le pays ou pour le Tchad. L'OIM a lancé un profilage des personnes qui arrivent afin de permettre au gouvernement d'adapter les programmes de réinstallation dans leurs zones d’origine.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.