Chad + 4 more

Tchad Bulletin Humanitaire N°10 | Bilan 2017

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

FAITS SAILLANTS

• Malgré le sous-financement lié à la multiplication des crises humanitaires à travers le monde, au Tchad les interventions vitales et la recherche de solutions durables sont plus que jamais indispensables.

• De nouvelles dynamiques de mouvements de population en 2017 appellent à l’intégration socioéconomique et l’accompagnement des retours.

• Face à la détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle, des interventions d’urgence d’assistance alimentaire et d’appui aux moyens d’existence sont essentielles.

Face au sous-financement : interventions vitales et solutions durables plus que jamais indispensables

L’année 2017 a été marquée par une attention internationale accrue portée sur la région du Bassin du Lac Tchad, avec notamment l’organisation de la conférence humanitaire d’Oslo, qui s’est tenue le 24 février. Environ 170 représentants de 40 pays, des agences des Nations Unies, des organisations régionales et de la société civile y ont assisté, dont un représentant de la société civile tchadienne, et 672 millions de dollars ont été promis pour toute la région en 2017 et 2018. Malgré cet engagement des donateurs à la crise régionale, en 2017 seuls 33,4% des 121 millions de dollars américains nécessaires pour sauver et améliorer les vies des 233 000 personnes les plus vulnérables dans la région du Lac au Tchad ont été reçus.

Au Tchad, les besoins humanitaires vont bien au-delà de la région du Lac : près d’une personne sur trois a besoin d’assistance humanitaire à travers le pays. En 2017, seuls 43% des fonds requis pour l’assistance humanitaire ont été obtenus. Malgré une baisse importante par rapport aux 53% reçus en 2016, la communauté humanitaire a déployé de nombreux efforts afin de fournir une assistance aux besoins les plus urgents. Ce sousfinancement a cependant fortement affecté le niveau d’assistance aux populations vulnérables.

En 2018, il est estimé que 4,4 millions de personnes vivant dans des conditions extrêmement vulnérables ont besoin d'une aide immédiate, dont environ 900 000 personnes en situation d'insécurité alimentaire sévère, 102 000 déplacés tchadiens, plus de 410 000 réfugiés du Nigéria, du Niger, de la République centrafricaine et du Soudan et près de 46 000 retournés tchadiens de la République Centrafricaine. Plus de 6 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et sont exposées à des risques de flambées de maladies hydriques, comme l’ont souligné l’épidémie d’hépatite E et de choléra en 2017 dans le Sila et le Salamat. Des millions de personnes sont privées de nourriture et de soins de santé et beaucoup continuent de vivre dans la peur et l’incertitude dans la région du Lac. Plus de 220 000 enfants souffrent de malnutrition aigüe sévère.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.