Chad + 1 more

Tchad Bulletin Humanitaire N° 01 | janvier 2016

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • En 2015, la crise humanitaire dans la région du Lac est venue s’ajouter à un contexte de crises multiples et de vulnérabilité chronique.

  • Malgré les efforts humanitaires déployés, l’insécurité alimentaire et la malnutrition ont augmenté en en 2015.

  • Le paludisme demeure l’épidémie qui touche le plus de personnes au Tchad.

  • En 2015, plus d’un demi-million de personnes était en situation de déplacement au Tchad.

L’année 2015 en revue

La crise au Lac s’est ajoutée au contexte de crises multiples

Le présent bulletin humanitaire fait le bilan de la situation humanitaire au Tchad et de l’assistance apportée par la communauté humanitaire aux quatre problématiques majeures qui affectent le pays en 2015: les mouvements de population, l’insécurité alimentaire et la malnutrition, les urgences sanitaires et les catastrophes naturelles.

L’année 2015 a été particulièrement marquée par la nouvelle crise humanitaire dans la région du Lac, venue s’ajouter à un contexte de crises multiples et de vulnérabilité chronique. Entre les mois de janvier et décembre, l’insécurité dans la zone a entrainé des mouvements de population de 86 000 personnes.

Plus d’1,7 million de personnes assistées en 2015

Malgré des ressources limitées, la communauté humanitaire, en partenariat avec les autorités et services techniques tchadiens, a déployé des efforts importants pour répondre à l’urgence au Lac, tout en continuant de répondre aux autres crises chroniques et prolongées à travers tout le pays.

Au total, plus de 1,7 million de personnes ont reçu une assistance, sur les 2,5 millions qui avaient été ciblées dans le Plan de Réponse Humanitaire 2015 (soit plus de 68% d’entre elles). Les secteurs les mieux couverts en termes de populations assistées par rapport au ciblage initial ont été la sécurité alimentaire, les abris, la santé, et l’éducation (voir graphique ci-contre).

Il faut cependant souligner une utilisation insuffisante du système de suivi de la mise en œuvre des projets (Online Reporting System - ORS), qui ne permet pas de faire un bilan exhaustif de la réponse, ni une analyse détaillée de la corrélation entre financement reçu et assistance délivrée.

Le défi de l’accès humanitaire

L’assistance s’est déroulée dans un contexte marqué par quelques difficultés d’accès humanitaire dans diverses régions du pays. Dans le grand nord du pays, l’accès est difficile en raison de l’absence d’infrastructures routières ou aéroportuaires. L’est et le sud du pays sont particulièrement difficiles d’accès lors de la saison des pluies (routes inondées), et des incidents sécuritaires y sont encore rapportés de façon sporadique (vol de véhicules etc.).

De plus, dans la région du Lac, certaines zones ne sont plus accessibles depuis le début de l’année 2015, à cause de la présence de groupes armés et d’opérations militaires - alors que d’importants besoins humanitaires persistent. Pour améliorer l’accès, le nombre de vols humanitaires assurés par le Service aérien humanitaire des Nations Unies (UNHAS) est passé d’un à trois par semaine à destination et au départ de Bol, capitale de la région du Lac. D’autre part, le nombre de missions d’analyses sécuritaires du Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies (UNDSS) a augmenté dans cette zone.

Un soutien capital mais insuffisant des bailleurs de fonds

Tout au long de l’année 2015, le soutien des bailleurs de fonds a été capital pour permettre l’assistance aux populations affectées, avec 257,7 millions de dollars américains reçus pour financer le Plan de réponse humanitaire 2015.

Deux enveloppes ont été accordées par le Fonds central d'intervention d’urgence (CERF) des Nations Unies pour un montant total de 12 millions de dollars. Une a servi à financer la réponse humanitaire dans la région du Lac (3,5 millions de dollars au mois de mai), et une deuxième était destinée à appuyer les réfugiés à l’est du Tchad (6 millions en mai). Une troisième allocation CERF (7 millions) pour le Lac a été annoncée en décembre pour un début d’activité en janvier 2016 (voir « En bref »).

Grâce à ces engagements, le Plan de réponse humanitaire a été financé à hauteur de 257,7 millions de dollars. Cependant ce montant ne constitue que 45% des fonds qui étaient requis pour couvrir les besoins humanitaires prioritaires des personnes dans le besoin ciblées. Il est néanmoins à noter que ce montant représente une hausse de 31 millions de dollars par rapport au financement de l’aide humanitaire au Tchad en 2014 (226,5 millions de dollars).

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.