Chad

Tchad : Bilan de la réponse humanitaire en 2018 (28 février 2019)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

En 2018, 53% des fonds requis pour l’assistance humanitaire ont été obtenus et ont permis de répondre aux besoins les plus urgents. Ce sous-financement a cependant fortement affecté les populations vulnérables.

ABRIS / AME / CCCM

910 ménages assistés en abris durables ménages ayant reçu des articles ménagers essentiels

20 285 (soit 12% de ceux ciblés)

Le manque de financement engendre des conséquences importantes sur les conditions de vies des populations déplacées, notamment face à la détérioration des abris par les intempéries, l’absence de moustiquaires et les besoins non couverts en articles ménagers essentiels. Dans la province du Lac, près de 11 681 ménages déplacés vivent dans des abris délabrés, dont plus d’un tiers en situation critique. Des investissements urgents sont nécessaires pour répondre aux besoins prioritaires essentiels et maintenir les standards minimums qui se détériorent. La mise en œuvre de solutions durables en collaboration avec les communautés affectées est également indispensable.

PROTECTION

2 696 personnes déplacées interne ayant reçu un acte de naissance (soit 6% de celles ciblées)

2 847 personnes survivantes de violences basées sur le genre ayant bénéficié de prise en charge psychosociale (soit 79 % des cas enregistrés dans 130 sites)

30 250 enfants ayant eu accès à un soutien psychosocial (soit 44,1 % de la cible)

Le sous-financement des activités de protection ne permet pas l'enregistrement biométrique des personnes affectées, qui constitue une base fondamentale pour la facilitation d'accès à la documentation civile, à la protection et aux solutions durables.
En raison du sous-financement, les personnes victimes de violences basées sur le genre (VBG) et d’incidents de protection ne reçoivent pas une prise en charge multisectorielle. La prise en charge légale (19% des cas) et médicale (41% des cas) des victimes de VBG reste très faible. Faute de fonds suffisants, les enfants sortis des forces et groupes armés n’ont pu bénéficier d’appui adapté à la réinsertion socio-économique.

EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT

175 600 personnes ayant accès à l’eau potable de façon durable (soit 27% de celles ciblées)

69 700 personnes affectées par la crise des mouvements de population ayant accès à un assainissement adéquat (soit 19% de celles ciblées)

Faute de financements, plus de 73% des personnes ciblées n’ont pas accès à l’eau potable, 81% des personnes ciblées n’ont pas accès à un assainissement adéquat et 77% des enfants malnutris sévères ciblés n’ont pas bénéficiés du paquet minimum “WASH in Nut”. Cette situation renforce le risque de malnutrition et de maladies hydriques dont l’épidémie de choléra qui sévit dans les autres pays du bassin du Lac Tchad.

ÉDUCATION

212 097 enfants ayant reçu du matériel scolaire (soit 43% de ceux ciblés)

336 591 enfants ayant reçu des repas scolaires (soit 82% de ceux ciblés)

Le sous-financement a limité l’accès à l’éducation pour les enfants affectés par les crises et n'a pas permis de pallier à l'insuffisance de fonds accordés aux structures éducatives et de répondre aux besoins de formation des enseignants communautaires. En 2018, 109 écoles communautaires ont été fermées faute de prise en charge des maitres communautaires.

LOGISTIQUE

14 688 passagers

105 tonnes de cargo humanitaires

Le financement limité a contraint UNHAS à desservir certaines destinations de façon ad-hoc, telles que Amdjarass ou Haraze, et à réduire le nombre d'appareils UNHAS au Cameroun. La réduction de la fréquence de certains vols affecte l'accès humanitaire vers certaines zones enclavées. En 2018, les aérodromes prioritaires n'ont pas pu être réhabilités en raison des contraintes de financement.

NUTRITION

264 000 enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère pris en charge (soit 98,2% de ceux ciblés)

96 000 enfants souffrant de malnutrition aigüe modérée pris en charge (soit 45,5% de ceux ciblés)

Faute de financements, 115 085 enfants souffrant de malnutrition aigüe modérée n’ont pas été pris en charge dans les zones ciblées et risquent de basculer vers la malnutrition sévère. Face aux besoins croissants, le nombre d'unités nutritionnelles a augmenté faiblement (de 684 en 2017 à 761 en 2018). Seul 57% des 1 334 structures sanitaires fonctionnelles dans le pays bénéficient d'une unité nutritionnelle.

SANTÉ

470 304 enfants vaccinés contre la rougeole (soit 91% des enfants ciblés)

226 205 accouchements assistés par un personnel qualifié

Du fait de la faible couverture vaccinale, le pays connait de manière continue des épidémies de rougeole avec comme conséquence une augmentation de la mortalité infantile. Le contexte socioculturel, l'état inadéquat des infrastructures et l'insuffisance de personnel qualifié représentent des freins à la consultation pré-natale et aux accouchements dans les centres de santé.

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

822 000 personnes ayant reçu une assistance alimentaire

691 000 personnes ayant reçu un soutien à leurs moyens d’existence

Faute de financements, seul 83% des personnes ciblées pour l'assistance alimentaire ont été couvertes, mais elles n'ont pas reçu un panier alimentaire complet. De plus, seul 49% des personnes ciblées ont reçu un appui pour leurs activités agricoles ou d'élevage, en vue de renforcer leur capacité de résilience face aux chocs.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.