Chad

Rapport de la Situation Epidémiologique Chikungunya au Tchad N° 08 - 8 Septembre 2020 à 23h59

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Points saillants

  • Dans les 24 heures, 1017 cas ont été notifiés avec zéro décès répartis comme suit : 869 cas dans le district sanitaire d’Abéché, 148 cas dans le district sanitaire de Biltine et 0 cas dans le district sanitaire d’Abdi, tous pris en ambulatoire ;

  • Le cumul à la date du 08 Septembre 2020 est de 17 786 cas dont 0 décès. Tous les patients ont été pris en ambulatoire ;

  • Au total les cas ont été confirmés dans le district sanitaire d’Abéché (Province de Ouaddai), dans le district sanitaire de Biltine (Province de Wadi Fira) et dans le district sanitaire d’Abdi (Province de Sila);

II. Contexte

  • Au Tchad, à partir du mois de juillet 2020, le Médecin Chef du District d’Abéché a été alerté par le Responsable du Centre de Santé Salamat de la survenue des cas d'une pathologie surnommée localement Kourgnalé, caractérisée par une forte fièvre, des céphalées, des douleurs articulaires intenses et invalidantes et parfois associées aux vomissements et traités comme cas de paludisme. A partir du mois d’août l’augmentation des cas enregistrés a retenu l’attention des autorités sanitaires locales.

  • Les prélèvements biologiques envoyés au Laboratoire Mobile de Ndjaména ont mis en évidence le virus de Chikungunya le 12 aout 2020 et confirmé par l’Institut Pasteur de Yaoundé le 26 aout 2020.

  • Selon les investigations épidémiologiques et entomologiques réalisées (243 patients ont été enquêtés dans 138 ménages) par l’équipe d’appui du niveau central, il a été mis en évidence la présence d’Aèdes Egyptis.

  • Du 14/08 au 08/09/2020, 17 786 cas ont été enregistrés avec zéro décès ;

  • La tranche d’âge la plus touchée est celle de 15 ans et plus et le sexe féminin est prédominant ;

  • Plus de trois quarts des patients développent des fortes fièvres, des céphalées, des douleurs articulaires atroces et invalidantes et un tiers de ces malades ont développé des éruptions cutanées maculo-papuleux;