Chad

Nourrir la population et l’économie Tchadienne avec de meilleures chaînes de valeur agricoles est indispensable

N’DJAMENA, 6 juin 2022 — L’économie du Tchad s’est contractée depuis 2015, empêchant le pays de réduire la pauvreté et améliorer ses résultats en matière de développement, selon de nouvelles analyses publiées par la Banque mondiale dans le cadre de la deuxième semaine du savoir organisée à N’Djamena du 6 au 8 juin 2022. Les auteurs soulignent le besoin de développer des chaînes de valeur agricoles et d'élevage plus solides afin de diversifier l’économie, assurer une meilleure sécurité alimentaire et promouvoir une croissance durable.

Ces études soulignent l’importance de réformes audacieuses ainsi que celle de réduire les vulnérabilités à long terme, tout en profitant des opportunités offertes par la transition politique, la hausse des prix du pétrole et la restructuration de la dette.

Pour cette deuxième édition de la semaine du savoir, le thème Nourrir la population Tchadienne : vers la transformation des chaînes de valeur de l'agriculture et de l'élevage a été choisi pour lancer les débats sur l'état des connaissances et apporter de nouvelles pistes de réflexion pour améliorer les conditions de vie et promouvoir les opportunités pour la population Tchadienne.

« La crise alimentaire mondiale et l’inflation généralisée en cours doivent inciter à la réflexion quant aux réponses adéquates à apporter surtout dans un contexte aussi fragile et austère que celui du Tchad », observe Rasit Pertev, représentant résident de la Banque mondiale pour le Tchad. « Ces études offrent des analyses pointues sur la réalité de la crise alimentaire au Tchad afin de permettre au gouvernement et à nos partenaires de définir les approches nécessaires pour accélérer la croissance économique durable et la réduction de la pauvreté tout en mettant l’accent sur les secteurs présentant des avantages stratégiques. »

Au cours de la semaine du savoir, la Banque mondiale présentera une série de quatre nouveaux rapports :

  • La note sur la situation économique et de la pauvreté au Tchad qui indique que le PIB du Tchad s'est contracté de 1,2 % en 2021, marquant une deuxième année consécutive de récession. Les raisons identifiées étant la suspension de deux mois de production de pétrole dans les usines Esso, des perturbations de l'activité économique dues à l'insécurité sociopolitique et des contraintes de liquidité en raison des retards dans la restructuration de la dette. Avec une reprise économique lente et fragile, les effets négatifs de la pandémie sur les ménages pauvres et vulnérables devraient perdurer à court et moyen terme. Par ailleurs, l’inflation due à la crise Russie-Ukraine a également des répercussions négatives sur les ménages les plus pauvres et vulnérables. Malgré un marché pétrolier porteur qui entraînera une reprise de la croissance en 2022 se poursuivant en 2023-2024, la croissance du PIB par habitant restera négative ou relativement modeste.

  • Le rapport sur les opportunités de commercialisation du bétail et de leurs produits qui explore les opportunités du Tchad en matière de valorisation de son élevage et établit le fort potentiel d’exportation de bétail, jusque-là peu exploité, du fait des problèmes sécuritaires et de différentes entraves notamment administratives à la commercialisation. Cette situation est aggravée par les difficultés d’accès au crédit. Des améliorations significatives en matière de services vétérinaires, de lutte contre les abattages clandestins, et d’infrastructures de marché seront également essentielles tant pour améliorer la commercialisation du bétail et la salubrité des produits sur le marché national, que faciliter progressivement l’accès à des marchés à l’exportation plus exigeants. Les conclusions de l’étude indiquent que le marché nigérian reste et certainement pour longtemps, le débouché privilégié du bétail tchadien.

  • L’analyse des contraintes et opportunités pour le développement du sous-secteur agricole qui confirme que l'agriculture est un secteur clé de l'économie tchadienne avec près de 88% des ménages vivant de l'agriculture de subsistance. Cependant les chaînes de valeur agricoles restent sous-développées malgré des avantages comparatifs notamment dans le sésame et la gomme arabique. L’étude souligne aussi l’importance d’améliorer la résilience au changement climatique grâce à des investissements ciblés et l'adoption de pratiques et infrastructures agricoles climato-intelligentes. Les organisations de producteurs sont des partenaires essentiels dont il faut développer les capacités afin de saisir les opportunités offertes par les chaînes de valeur porteuses du pays.

  • Le Diagnostic-Pays Systématique - Stimuler une prospérité partagée dans un pays enclavé en proie à la fragilité et aux conflits qui confirme les tendances observées depuis 2015 avec cinq limitations qui continuent de contrecarrer les efforts de croissance économique et de réduction de la pauvreté à savoir des faiblesses : i) d’ accès aux infrastructures dû à l’insuffisance et à l’inefficacité des investissements publics ; ii) de la productivité et des exportations qui réduisent le rendement des activités agricoles et d’élevage ; iii) d’ accès à l’éducation et aux soins de santé dues à l’insuffisance et à l’inefficacité des financements publics ; iv) d’ inclusion des femmes dans l’économie et la lente transition démographique ; et v) de l’administration publique. Le rapport identifie aussi trois contraintes pour une croissance inclusive et résiliente notamment la violence et fragilité politique, la volatilité des revenus pétroliers, et l’impact du changement climatique.

« Nos analyses concluent que pour créer des emplois et stimuler l’économie, les pouvoirs publics devront se focaliser sur les réformes et les investissements pour améliorer la prestation de services publics, combler les déficits d’infrastructures et permettre le développement du secteur privé dont les chaines de valeurs agricoles et de l’élevage. Le Tchad ne sera pas en mesure de suivre pleinement les priorités identifiées s’il ne s’attaque pas plus efficacement aux moteurs sous-tendant la fragilité, les conflits et la violence dans le pays », suggère Fulbert Tchana Tchana, économiste principal de la Banque mondiale pour le Tchad.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2022/074/AFW

Contacts
Au Tchad :
Edmond B. Dingamhoudou,
+235 6543 0614
edingamhoudou@worldbank.org