Chad + 2 more

Mère et Enfant : Bulletin d'information de l'UNICEF Chad - mai 2014

Source
Posted
Originally published

Attachments

Situation

Dans la bande sahélienne du Tchad, la Malnutrition aigüe globale (MAG) tourne systématiquement autour du seuil d’urgence et risque de se détériorer en 2014. Les résultats de l’enquête SMART conduite en Février-Mars 2014 montrent en effet que la situation nutritionnelle dans cinq régions (Bahr El Gazal, Batha, Kanem, Lac et Wadi Fira) est au-delà du seuil sérieux de 10%. Le niveau le plus élevé de malnutrition aigue sévère est enregistré dans les régions du Batha et de Bahr El Gazal.
L’enquête sur la Sécurité alimentaire (Gouvernement, PAM et FAO) conduite en Novembre 2013 a révélé que 2 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire dans tout le pays, 65% d’entre eux résident dans la bande sahélienne. Par ailleurs, 45% des ménages tchadiens sont pauvres et la prévalence est plus élevée dans les régions sahéliennes de Bahr El Gazal, Lac, Ouaddaï, Sila et Wadi Fira. La situation de conflit en République Centrafricaine – avec l’afflux de retournés et de réfugiés dans les zones frontalières du Tchad depuis décembre 2013 - et qui se trouvent dans des situations difficiles - accroit la fragilité de la situation.

Les récentes interventions

Dans la bande sahélienne, les enfants affectés par la Malnutrition Aigue Sévère (MAS) ont été traités dans 503 structures de santé, appuyées par l’UNICEF, sur financement de ECHO, DFID, la coopération canadienne CIDA, OFDA et les Comités Japonais, Italien et Français pour l’UNICEF.
L’UNICEF assure l’approvisionnement et la distribution des intrants essentiels de nutrition et de santé, soit par le biais des partenaires de mise en oeuvre (ONG internationales et nationales), soit directement via les services régionaux du Ministère de la Santé. L’UNICEF fournit aussi une assistance technique et financière destinée à renforcer la capacité en ressources humaines pour le diagnostic et le traitement précoces des enfants affectés par la malnutrition aigue sévère (MAS), et aussi pour le traitement des maladies courantes comme la diarrhée, le paludisme, les infections respiratoires ou les soins préventifs comme la vaccination et les soins prénataux.
En 2013, 145.000 enfants ont été admis pour traitement de la MAS dans les structures sanitaires appuyées par l’UNICEF et ses partenaires dans les régions du Sahel. Par ailleurs, l’UNICEF, en collaboration avec le Gouvernement, continue de renforcer le déploiement de paramédicaux en vue d’améliorer la qualité des services fournis dans ces 503 structures sanitaires.
En 2013, une politique nationale de la nutrition assortie d’une approche multisectorielle a été validée par le Gouvernement. Le plan d’action stratégique relatif à cette politique est en cours d’élaboration. Par ailleurs, le pays a adhéré au mouvement « Scaling-Up Nutrition » et une plateforme multisectorielle dirigée par le Ministère de la santé et celui de l’Agriculture a été constituée, à la suite d’un décret du Premier Ministre. Les membres de cette plateforme conduisent des actions avec la commission parlementaire pour la santé et les affaires sociales, et assurent le lead pour un engagement clair du Gouvernement de financer une partie du plan strategique multisectoriel de la nutrition.